Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1920 - tome 60.djvu/622

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Nos enquêtes
L’épreuve de la Pologne


IV. — RELIGION ET CULTURE [1]


« Toute cérémonie religieuse est, en Pologne, une manifestation nationale. » Ce mot me fut dit à Rome par un diplomate russe, qui prenait quelquefois à tâche de me démontrer que le gouvernement du Tsar était beaucoup trop indulgent à l’égard de ses « sujets catholiques. » Il était alors profondément vrai, et il l’est encore aujourd’hui. Cause nationale et foi religieuse n’ont jamais été séparées, dans l’esprit des Polonais, au temps où ils luttaient pour reconquérir leur indépendance ; elles n’y restent pas moins unies à présent qu’ils l’ont recouvrée. Je n’ai pas encore oublié le spectacle que m’avait offert, en 1913, une messe du dimanche, à Notre-Dame de Cracovie. La grande nef était pleine de paysans agenouillés à terre ; hommes et femmes en habits de fête, longues vestes de laine blanche, corsets de soie brodée d’argent et d’or ; leur prière était si fervente, que le va-et-vient des fidèles, qui, en passant, heurtaient une botte ou accrochaient un fichu, ne détournait pas un instant leur regard immobile et comme extasié ; quelques-uns priaient à haute voix ; tout près des marches qui mènent an chœur, quelques femmes restaient prosternées, le visage collé aux dalles du parvis. Une heure après, je retrouvais tout ce

  1. Voyez la Revue des 1er et 15 octobre et 1er novembre.