Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1920 - tome 60.djvu/337

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


exactement et au paroxysme ces caractères. Ce sont celles des artistes dits les Fauves pour leur ardeur et leur férocité à démolir ce qui peut rester des principes de l’École ; les Cubistes, ainsi appelés parce qu’ils transposent toutes les formes en « volumes » d’aspect solide et géométrique ; les Futuristes, qui tirent leur nom d’un manifeste de M. Umberto Boccioni, dédié à la sculpture, et construisent des statues, en toutes sortes de matières mélangées, où l’on cherche à donner une idée de mille phénomènes, mais où la forme humaine ne se retrouve plus. Je ne parle pas des totalistes, des primitivistes futuristes, des dynamistes, des transcendantalistes, des synchromistes et d’une foule d’autres, où les initiés seuls se retrouvent, à moins toutefois qu’ils ne s’y retrouvent pas, ni enfin, des Dadaïstes, dont les facéties pour être plus énormes que les autres, ne différaient guère en nature et comme aspect des synthèses de l’art « transcendantal. »

En même temps, quelques amateurs étant entrés dans les musées d’ethnographie et d’anthropologie, découvraient l’Art nègre et proposaient à notre admiration des fétiches des Papous ou des idoles du Bobo-Dioulasso. L’influence de ces maîtres méconnus s’est fait sentir aussi dans la sculpture « avancée. » Aujourd’hui, le mouvement « cubiste » est plutôt en décroissance, mais le Salon d’Automne montre encore et les amateurs sont encore invités à considérer comme des tableaux, des puzzles colorés contenus dans des cadres et comme de la sculpture, des magmas de plâtre qui n’offrent aucun sens perceptible à l’imagination.

Là-dessus, la Critique, dans son ensemble, s’indigne. Elle se demande si les Futuristes ne se moquent point et si l’on ne se trouve pas en présence d’une gigantesque mystification. Elle rappelle l’histoire du douanier Rousseau, cet ancien employé de l’Octroi, qui sur le tard se mit à faire le portrait de ses voisins à la manière d’un colorieur de photographies et qu’un pince-sans-rire sacra grand homme, de la famille des Primitifs. Elle renvoie les jeunes artistes dans les musées, leur conseille d’étudier les maîtres, comme on le conseille à l’Ecole des Beaux-Arts. On recommence à prononcer les mots de « tradition, » de « beau, » et même, — en croyons-nous nos oreilles ? — de « sujet » dans l’Art. Pour tout dire, et à l’exception de quelques jeunes amis des cubistes, les impressionnistes d’autrefois traitent le Cubisme, comme l’ancienne critique traitait l’impressionnisme des Claude Monet, et auparavant, le réalisme de Courbet.