Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1920 - tome 60.djvu/167

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


leurs économies achetaient de la terre. D’autres travaillaient chaque année quelques mois en Allemagne, et le reste du temps dans leur pays. Il en résultait de continuels changements dans la répartition du sol et dans son exploitation. En Posnanie, au cours des cinquante dernières années, le mouvement de la population s’est stabilisé. L’augmentation, qui avait été de 73 pour 100 entre 1816 et 1858, n’est plus que de 48 pour 100 entre 1858 et 1910. Peu à peu, on voit diminuer la grande émigration dirigée vers l’Allemagne occidentale et industrielle. Mais, tout en diminuant, cette émigration reste définitive : d’où sa stabilité de la division du sol.

« Les auteurs de la réforme agraire devront prévoir des règles et des modalités différentes, suivant les régions. Et, même en prenant cette précaution, ils n’atteindront pas le but qu’ils se proposent, si à une nouvelle répartition du sol ne correspondent pas un développement considérable de l’industrie et un mouvement continu d’émigration de la campagne vers les villes. »


M. WITOS ET LA RÉFORME AGRAIRE

Dès le 10 juillet 1919, la Diète polonaise, où les paysans forment le parti le plus nombreux, avait approuvé le principe d’une vaste réforme agraire : expropriation et morcellement des grands domaines publics, ecclésiastiques et privés, attribution de la terre à ceux qui la cultivent, etc. Cette décision avait été prise à une voix de majorité ; pour devenir exécutoire, elle devait être complétée par une loi réglant dans le détail la procédure et l’application de la réforme. Les efforts des conservateurs retardèrent quelque temps la discussion de cette loi ; au cours de l’été 1920, les événements politiques et militaires la rendirent inévitable : telle fut du moins l’opinion du gouvernement.

Le 15 juillet, comme je dînais à l’hôtel Bristol, à Varsovie, avec un ami polonais, un groupe de paysans, aux vestes de bure et aux longues bottes, traversa bruyamment la salle à manger. — Le comité directeur du Parti populiste vient fêter ici sa victoire, m’expliqua mon ami. Vous savez que la Diète a approuvé ce soir, à l’unanimité, le projet de loi sur la réforme agraire, dont Witos est le principal auteur.