Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1920 - tome 57.djvu/916

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




REVUE SCIENTIFIQUE




MESSAGES DE L’INFINI






Donc, comme je crois l’avoir établi, les fameux « canaux » de Mars sont de simples illusions d’optique, c’est-à-dire que ce qui a été pris longtemps pour le signe d’une haute intelligence régnant sur notre voisine planétaire n’existe pas objectivement. On sera, dans ces conditions, moins tenté qu’on ne l’a été de considérer nécessairement comme des signaux radiotélégraphiques émis par les Martiens, les ondes hertziennes mystérieuses que la Terre a récemment reçues de l’espace céleste.

C’est une conversation, — je veux dire une interview, — du célèbre Marconi, rapportée, sous des titres flamboyants, par les journaux anglais, qui nous apporta récemment la nouvelle peu banale qu’on avait enregistré des signaux hertziens de provenance extra-terrestre. Marconi est particulièrement bien placé pour avoir les renseignements les plus précis sur la nature, la longueur, l’intensité des ondes hertziennes que reçoivent les puissantes stations réparties un peu partout sur cette planète terraquée et dont il centralise la direction dans ses mains d’inventif et habile technicien.

Or, si l’on s’en rapporte aux renseignements donnés par les journaux anglais, le récolement, l’examen comparatif des signaux enregistrés par ces diverses stations a fait apparaître récemment des ondes hertziennes qui, manifestement, ne provenaient pas des stations radiotélégraphiques connues. Elles n’en provenaient pas, parce que les instants de leur réception ne correspondarent pas avec ceux d’émissions connues lancées par les quelques stations dont la portée correspond à ces réceptions.

Registre est soigneusement tenu de toutes ces émissions et récep-