Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1920 - tome 57.djvu/671

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


détention. Par hasard, toujours, ce récit rappelle à Mme de Turpin l’aventure, vieille de plus de vingt ans, du petit vagabond auquel elle a donné asile au temps des guerres de l’Ouest ; elle en raconte l’histoire à M. de la Paumelière qui, pris d’une inspiration subite, sans perdre un moment, se rend chez le préfet, afin de signaler à ce fonctionnaire la présence à Rouen d’une dame qui, ayant jadis été la dupe d’un imposteur, saura nécessairement percer l’incognito de Charles de Navarre ! Le préfet prend feu aussitôt, court à l’hôtel qu’habite Mme de Turpin ; elle est déjà couchée ; il faut qu’elle se lève, qu’elle l’entende ; il la conjure de venir le lendemain au Palais de Justice où on la confrontera avec le détenu : elle s’en défend, elle doit partir à quatre heures du matin pour Paris ; mais le préfet insiste, allègue l’intérêt public, celui même de la monarchie, et Mme de Turpin consent enfin à retarder son voyage. Ainsi présenté, l’épisode est peu vraisemblable : il repose sur des coïncidences et des raccourcis aussi acceptables dans un vaudeville rapide qu’inadmissibles dans l’enchaînement toujours logique des réalités. Mais on suit ici le récit même de Mme de Turpin qui, assurément, avait ses raisons de taire les motifs de son passage par Rouen, de la visite de M. de la Paumelière et de l’empressement en apparence injustifié du préfet. C’est là même une énigme de plus ajoutée à tant d’autres. Quoi qu’il en soit, Mme de Turpin fut, le lendemain, à huit heures du matin, admise chez le juge d’instruction ; elle narra, de nouveau, en sa présence, l’odyssée du jeune gentilhomme supposé, amené autrefois par les chefs de l’armée royale au château d’Angrie et qu’on avait reconnu, un an plus tard, n’être que le fils du sabotier Mathurin Bruneau. Puis le magistrat fit comparaître Charles de Navarre ; celui-ci était mal disposé : « Est-ce que vous allez encore me faire jouer une scène de comédie ? Tout cela m’ennuie, » déclara-t-il dès l’abord. Le juge ne s’en émut pas : « Phelippeaux, commence-t-il… — Phelippeaux ? fait, étonnée, Mme de Turpin, qui, du premier regard, a reconnu, — après vingt-deux ans, — son hôte de 1795. — Oui, riposte Charles ; j’ai porté plus d’un nom et j’appartiens à bien des familles. — Connaissez-vous, reprend le juge, Mme la vicomtesse de Turpin ? — Si je la connais ? Oui, certainement. — Eh bien ! la voici. » Le prisonnier considère avec attention la visiteuse : « Non… dit-il, elle avait la tête