Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1918 - tome 47.djvu/811

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


des vieilles relations féodales, sans quoi il n’y a pas de commandement possible. Cette discipline, il fallait la réintroduire dans l’armée qu’on allait créer. Alexeief et Kornilof partirent de ce principe que la plus petite unité, dont on est sûr, vaut mieux qu’une armée nombreuse, où la défaillance d’une partie peut amener la débâcle du tout. De là ces formations par sections, compagnies, bataillons d’officiers de l’ancienne armée, auxquels sont adjoints, dans la proportion de quelques unités à peine, des volontaires non gradés.

Voici comment est composée une compagnie d’officiers de notre régiment : un colonel, 4 capitaines, 12 capitaines en second, 30 lieutenants, 23 sous-lieutenants, 47 praporchtiks (adjudants), 3 élèves-officiers et 3 volontaires non gradés.

L’organisation de l’armée de volontaires, fondée sur l’espoir d’une forte affluence de volontaires, comporte des troupes régulières et des détachements irréguliers.

Dans les troupes régulières, les bataillons, — en attendant qu’ils s’enflent jusqu’à devenir des corps d’armée, — sont commandés par des généraux, anciens commandants d’armées/ et de groupes d’armées. Ce sont :

Le régiment d’attaque Kornilof, composé d’officiers, Cadets, élèves-officiers, volontaires, tous appartenant à la classe des intellectuels.

Trois bataillons d’officiers, sous le général Markof.

Le régiment de Saint-Georges, composé de soldats, membres du célèbre bataillon de Saint-Georges, tous décorés.

Le bataillon de l’école militaire, composé exclusivement d’élèves-officiers.

La division de cavalerie Gerchelman, officiers, élèves-officiers, Cadets, Cosaques, solidement encadrés parmi les officiers.

Une division d’artillerie, commandée par le colonel Ikichef.

Les troupes irrégulières ont été organisées par les soins de leurs chefs, les bataillons amenés tout formés à Rostof, agissant presque indépendamment de l’état-major. Le plus célèbre est celui du colonel Tchemetzof, composé de volontaires de toutes sortes. Ensuite ceux du colonel Sémiletof (Cosaques), du capitaine Kargaiski (Cosaques), du colonel Simanovski, du sotnik Grekow, du colonel Krasnianski, du khorounji Mazarof, et du colonel Sarenof, commandant les Cosaques de la stanitza Gniliofskaya.