Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1918 - tome 47.djvu/599

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les dépenses concernant la solde et le transport des officiers et des troupes, l’aménagement des casernes et des cantonnements, les frais de poste, l’entretien des routes, la construction des quais et des débarcadères, les constructions et réparations d’hôpitaux, les champs de tir, le service des signaux, le renforcement de l’aviation, de la cavalerie, de l’artillerie et du génie, s’élève au chiffre de 3 601 087 872 dollars. Le corps de l’intendance (Quartermaster Corps) comprend le service des subsistances (the Subsistance Division), le service des fournitures et des équipements (the Supply and Equipaient Division), le service de la remonte (the Remount Division). Dans tous ces services, l’utilisation des crédits largement alloués se conforme aux règles de la plus stricte économie.

Quelques chiffres encore, afin de montrer en toute évidence l’amplitude et la multiplicité des efforts accomplis. Au début de la guerre, le corps de l’intendance ne disposait que de 3 000 camions automobiles et de 670 motocyclettes, en usage principalement sur les frontières du Mexique. La plupart de ces machines étant fatiguées, on décida qu’elles seraient utilisées seulement à l’intérieur du territoire, et que des machines toutes neuves seraient employées pour le service en France. Au mois de juin 1917, le gouvernement des Etats-Unis commanda 10 000 machines d’un nouveau modèle. Les ateliers construits pour la réparation et l’entretien de ces machines couvrent une vaste superficie, sont pourvus d’un outillage perfectionné et servent de centre d’instruction au personnel que l’on envoie par-delà les mers.

Au mois d’avril 1917, l’aviation américaine ne comprenait que 65 officiers, 1 120 hommes, 3 petits champs de manœuvre et 300 appareils de second ordre. Aujourd’hui, le personnel est cent fois plus nombreux. Les camps d’aviation s’organisent, en Amérique, en France, en Angleterre, en Italie. Les aviateurs américains ont donné, notamment dans l’escadrille La Fayette, la mesure de leur audace et de leur intrépidité. Cette escadrille a perdu vingt-cinq de ses hardis pilotes ou bombardiers, morts au champ d’honneur. Sept ont été faits prisonniers. Un autre a disparu. Quatre grands blessés sont hors de combat. Neuf hommes sont définitivement classés comme inaptes. Mais cette escadrille fameuse a donné à l’armée américaine, dès le jour de l’entrée des Etats-Unis dans la guerre, plus de soixante officiers