Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1918 - tome 47.djvu/472

Cette page a été validée par deux contributeurs.


pulmonaire chez les réfugiés serbes en France [1] suffira à nous faire mesurer du regard l’étendue des ravages que la guerre a pu causer à cet égard. De ce travail il résulte que, parmi les réfugiés serbes anémiés et affaiblis par toutes les causes que nous avons dites, il y a actuellement 1 tuberculeux sur 6, et le Dr Petrovitch craint que cette proportion ne soit bientôt doublée. — Si la proportion est assurément bien moindre parmi les grands Alliés de la Serbie, c’est assurément parce que l’instruction y est plus répandue.

L’ignorance non moins que l’alcool fait son lit à la tuberculose, et c’est pourquoi nous devons être reconnaissants à nos amis des États-Unis qui, le cœur et la main ouverts, viennent avec tant de généreuse passion nous aider à lutter contre cette grande tueuse de Français à qui la guerre a fourni des armes nouvelles.

Certes, il ne suffit pas d’enseigner le peuple, il ne suffit pas de prescrire des mesures d’hygiène et de santé publique, si l’arsenal des lois et des règlements n’en permet pas et même en interdit l’application pratique. C’est un côté de la question que j’aborderai prochainement.

Mais les Américains ont attaqué le problème de la bonne manière, en entreprenant d’abord de faire l’éducation antituberculeuse des Français. Les beaux résultats qu’ils ont ainsi obtenus chez eux, ils veulent nous en faire profiter. C’est une haute et noble entreprise d’idéalisme agissant.

Nous avons peut-être plus de rêve, plus d’imagination que nos amis des États-Unis. Mais ils ont l’action, le don de réaliser qui, sur son arc tendu, porte au but la flèche de l’idée.

Le jour où le réalisme américain et l’idéalisme français, — que je n’aurai garde de comparer à l’aveugle et au paralytique, — marcheront la main dans la main, ainsi que nous le voyons dans la guerre, dans la guerre antiboche comme dans la guerre antituberculeuse, l’humanité sera plus heureuse et plus belle.


charles nordmann.
  1. Revue d’hygiène et de police sanitaire, tome XI, n° 1.