Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1918 - tome 47.djvu/287

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de dragons vers Haution-Féronval, la brigade légère demeurant en réserve à Fontaine-les-Vervins. Vers midi, la 51e division de réserve, qui vient de Tavaux, commencé à arriver à Gercy ; elle s’engage sur le front Voharies-Gerry et prend en flanc les Allemands qui attaquent le 10e corps, et déjà l’ennemi est refoulé au-delà de la crête de Voulpaix et en direction de l’Oise, quand, enfin, se déclenche, sur tout le front de bataille, la contre-attaque générale prévue et préparée par le commandement, exécutée par le général Franchet d’Esperey. La bataille de Guise est à son tournant.


La contre-offensive française décide de la bataille de Guise. —. Il faut rattacher, maintenant, les données générales du combat à cet angle que fait le front français, c’est-à-dire au point précis où la bataillé pour Saint-Quentin s’articule à la bataille de Guise.

Il est trois heures de l’après-midi.

Nous avons dit la retraite partielle du 18e corps, 36e division (général Jouannic), sur la route de Guise ; nous avons vu ce corps mettant ses deux divisions de droite, 35e division (général Exelmans), et 38e division (général Muteau), en liaison étroite avec le 3e corps pour la défense du cours de l’Oise ; nous avons vu le général Hache, au 3e corps, 5e division (général Verrier) et 6e division (général Bloch), après avoir contenu, non sans peine, l’offensive allemande déclenchée de Macquigny sur Bertaignemont, reprendre cette ferme et préparer une attaque générale sur Jonqueuse à trois heures et demie de l’après-midi. Mais, nous avons montré aussi le 1er corps manœuvrant par ordre en arrière des lignes sur les plateaux du Marlois et venant se glisser entre le 3e et le 10e corps, en face de Guise et débouchant sur Puisieux-Clanlieu ; il prend la liaison avec le 3e corps à Landifay.

Le général Franchet d’Esperey s’est fait rendre compte de la situation. A quinze heures trente, il adresse, à toutes les forces dont il dispose, l’ordre de prendre l’offensive en encadrant le Xe corps et en liant partie, à droite avec la 4e division de cavalerie et la 51e division de réservé, à gauche avec le 3e corps. Le 10e corps tient toujours le Carrefour de Sains-Richaumont. Il a repris du terrain à Lemé. La 4e division de cavalerie et la 51e division de réserve ont arrêté le débordement