Page:Revue des Deux Mondes - 1918 - tome 44.djvu/89

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


commandant l'armée dont Guynemer faisait partie, avait apporté à la famille la vingt-sixième et dernière citation, en date du 11 octobre, qui résume la vie et la mort du héros et que tous les petits Français apprendront par cœur :

Mort au champ d'honneur le 11 septembre 1917. Héros légendaire, tombé en plein ciel de gloire après trois ans de lutte ardente. Restera le plus pur symbole des qualités de la race : ténacité indomptable, énergie farouche, courage sublime. Animé de la foi la plus inébranlable dans la victoire, il lègue au soldat français un souvenir impérissable qui exaltera l'esprit de sacrifice et provoquera les plus nobles émulations.


Sur l'initiative de M. Lasies, dans une séance où elle retrouve la grandeur de cette inoubliable séance du mois d'août 1914 qui attesta notre unanimité nationale en face de l'ennemi, la Chambre des députés, le 19 octobre, décide que le nom du capitaine Guynemer sera gravé sur les murs du Panthéon. Les lettres du lieutenant Raymond, commandant l'escadrille des Cigognes en l'absence de Heurtaux blessé, et du commandant Brocard, ancien chef du groupe de combat, l'une toute simple, l'autre éloquente et vibrante, y sont acclamées. Adressées au capitaine Lasies et destinées à l'appuyer dans son projet, bien qu'elles aient été répandues à des milliers d'exemplaires, une biographie de Guynemer ne serait pas complète qui ne les contiendrait pas :

« Mon capitaine,

« Ayant l'honneur de commander l'escadrille N. 3 en l'absence du capitaine Heurtaux, retenu à l'hôpital par sa dernière blessure, je tiens à vous remercier au nom des rares cigognes survivantes de ce que vous faites pour la mémoire du capitaine Guynemer.

« Il était notre ami et notre maître, notre fierté et notre pavillon. Sa perte est la plus cruelle de toutes celles si nombreuses, hélas ! qui ont éclairci nos rangs.

« Croyez bien cependant que notre courage n'a pas été abattu avec lui. Notre revanche victorieuse sera dure et inexorable.

« Puisse la grande âme de Guynemer rencontrer souvent nos cocardes dans le ciel de la bataille pour que nous conservions toujours la flamme qu'il nous a laissée !