Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1918 - tome 44.djvu/614

Cette page n’a pas encore été corrigée
610
REVUE DES DEUX MONDES.

cet auteur ; il était si f (lé et content. Il était lui-même l’artisan et la dupe de sa comédie. Il avait voulu jouer le Chandelii^r et ne voyait pas que Jacqueline se moquait de lui avec Forlunio.

croyait demeurer le maître du terrain et échafaudait 

cent beaux rêves. C’est dommage que l’ingrate ne s’en souciât pas. Elle fut quelques jours dans le pays avec la division. Elle jouait le rôle de Velléda, de Muse de la Patrie, chantait aux troupes la Marseillaise. Un bataillon l’avait élue pour caporalclairon.

Puis, la division disparut ; nous fûmes quelque temps sans nouvelles.

Au bout d’un mois seulement, notre ami Poydavant reçut de Benjamin une carte postale datée d’Amiens. L’image représentait le chœur de la cathédrale, ces entrelacs de la grille du chœur qui développent à l’infini leurs fioritures et leurs parafes, avec l’inlarissahle caprice d’un hosannah. Parmi la luxuriance mystique de la ferronnerie, dans les enchcvêtremens de feuillages, sous le demi-jour des vitraux aux enluminures de missel, empli d’un murmure d’orgues comme aux messes solennelles de mariage, Poydavant dcchilTra ces mots : « Je suis heureux. »

Eugène fut beau joueur ; il eut l’esprit de ne souffler mot ; je crois qu’il trouva à La Panne do quoi consoler son amourpropre.

Vers la fin de l’été, noire secteur était tout à fait endormi. Le personnel s’était presque entièrement renouvelé. 11 ne rest li-t plus à la maison que deux ou trois des figures qu’on y a vues au début de cette histoire. C’est un des phénomènes singuliers de la vie militaire, que l’inslabililé des relations qui s’y nouent ; c’est le com[iartiment où des voyagours moulent et doscontlent à chaque station ; les uns tombent, les autres s’éloignent, de nouveaux venus les remplacent. On compte au bout de peu de temps ce qui reste des camarades du départ. La vie est faite de ces petites morts, et souvent de la mort. Après Lauvergoat, après C..., le chef était parti, Poydavant était tombé malaile. En octobre, je fus appelé h Verdun. La première personne que j’y vis, en arrivant à S..., ce fut