Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1917 - tome 42.djvu/668

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


téléphone sur les routes à côté de ceux du télégraphe le long des rails, — régissent et modèrent le fonctionnement de nos organes. Il a établi l’existence des fibres dites vaso-dilatoires, c’est-à-dire présidant à la dilatation des vaisseaux sanguins, et qu’elles agissent non pas sur les vaisseaux eux-mêmes, mais en paralysant par l’intermédiaire de ganglions — qui agissent comme des centraux téléphoniques — les nerfs antagonistes, dits vaso-constricteurs, qui déterminent la contraction des vaisseaux. Ainsi s’est trouvé éclairé le mécanisme de ces actions étranges qui peuvent faire varier indépendamment l’injection sanguine et la nutrition dans les diverses parties du corps, et qui sont comme des organismes provinciaux autonomes superposés à la centralisation du système nerveux proprement dit.

Le mécanisme des contractions cardiaques, celui de l’inhibition et de divers phénomènes asphyxiques, s’en sont trouvés du coup lumineusement élucidés par Dastre lui-même qui avait l’art de dérouler, quand il découvrait un fait, tout le ruban subtil des corollaires. Dans le domaine des fonctions de nutrition qui sont chez l’animal, — s’appelât-il homme, — les plus importantes de toutes, Dastre a fait les recherches les plus nombreuses et il y a réalisé une ample moisson de découvertes aujourd’hui classiques — que les Allemands eux-mêmes citent abondamment dans leurs traités, ce qui n’est pas peu dire, — et qui ont porté le nom du savant français dans tous les lieux de la terre où « savoir » est tenu pour une noble fin de la pensée.

Ses recherches sur les fonctions du foie sont fondamentales. Claude Bernard avait montré que le foie fabrique les réserves de sucre assimilable nécessaires à l’organisme et en régularise la distribution. A cette fonction glycogénique les découvertes de Dastre ont montré qu’il faut en ajouter d’autres : le foie fabrique et retient des pigmens ; il accumule le fer nécessaire à la formation des globules sanguins (c’est ce qu’on a appelé sa fonction martiale ; ) enfin il produit des graisses spéciales, des lécithines, substances que Dastre avait eu le premier l’honneur de découvrir dans les œufs et qui jouent un rôle important dans les dégénérescences graisseuses ; enfin Dastre a démontré, contrairement à l’opinion en cours, que la bile joue dans la digestion des graisses un rôle au moins égal à celui du suc pancréatique.

Il faudrait un volume pour résumer tous les travaux