Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1917 - tome 42.djvu/442

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


surmonté les obstacles et résolu les problèmes. Rien ne saurait mieux le qualifier que le fait qu’il vient d’être nommé, par le président Wilson, ministre du ravitaillement à Washington.


XII. — M. HERBERT CLARK HOOVER ET SES COLLABORATEURS

Quelle fut la carrière de cet homme, qui est devenu une sorte de dictateur des vivres des Alliés, puisque les Etats-Unis sont le plus grand producteur agricole du monde ? Après avoir terminé ses études à l’université californienne de Leland Stanford, dont il est l’un des régens (trustee), il travailla comme mineur dans le célèbre mother lode, le gigantesque filon qui traverse une partie de l’Amérique occidentale. De là il partit pour l’Australie, où il avait été engagé comme ingénieur-assistant afin d’appliquer certains procédés nouveaux avec lesquels il s’était familiarisé. Il réussit, se créa des ressources, revint à San Francisco épouser la jeune fille à laquelle il s’était fiancé comme étudiant, partit avec elle pour la Chine, où il s’occupa de charbonnages. Au cours des années qu’il passa dans l’Empire du Milieu, il eut des aventures dramatiques : il fit naufrage, fut recueilli par un train dont la machine s’arrêta. Lui seul put la réparer et la remettre en marche. Lors de la campagne européenne contre les Boxers, il eut occasion de sauver des femmes chinoises de la brutalité des soldats allemands, qui montraient déjà alors ce dont ils sont capables.

Après avoir quitté la Chine, Hoover voyagea. Dans les multiples entreprises auxquelles il s’intéressa, il fit preuve à la fois d’une capacité notable comme ingénieur des mines et d’un talent d’organisateur hors ligne. La guerre le trouva à Londres, où il s’occupa du rapatriement des nombreux Américains qui se trouvaient alors en Europe : en peu de temps, il réussit à calmer la quasi panique qui s’était emparée des voyageurs et à leur donner le moyen de regagner leur pays.

Les hommes, pour la plupart de grande valeur, qui forment la Commission, sont unanimes à déclarer que Herbert Clark Hoover a été le « faiseur de miracles. » L’organisation a été achevée en trois semaines, en dépit de la confusion dans laquelle se débattaient les Alliés durant l’automne de 1914, en dépit de la difficulté qu’il y avait à se procurer des denrées et des navires. A peine avait-il pris les rênes en mains, que Hoover