Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1917 - tome 42.djvu/290

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les princesses iront aussi à Fontainebleau ; j’ignore si, comme dame de semaine, je serais du voyage s’il se faisait. On dit qu’Isidore doit se marier avec le frère du colonel Colbert [1]. Tout ce que je sais, c’est qu’on voit partout le mari, la femme, la fille et le benêt de fils. Ils sont tous montés sur leurs grands chevaux (tu sais ce que cela veut dire en parlant d’eux), et je les ai plantés là. On ne parle pas de mari pour Mlle de Luçay. Je vois assez souvent, aux cercles de Mme Murat, Mme Gardanne [2], d’une grande élégance et accostée tantôt de Mme Saint-Martin et tantôt de Mme Regnault de Saint-Jean d’Angely [3]. Celle-ci est toujours aussi minaudière que par le passé.

« Le général Murat me dit hier : « Ma foi, si Charpentier veut venir, il ne tient qu’à lui : pour peu qu’il en témoigne le désir au maréchal Jourdan [4], il est sûr d’être choisi. »

Voici qu’à présent on entre dans la période des fêtes, et Mme Saint Cyr ne paraît point très empressée. Elle écrit le 7 frimaire (28 novembre) : « Nous avons, pour les trois derniers jours de cette semaine, des présentations sans fin : demain, jeudi, MM. de Cobentzel [5]et de Lima [6]. Après-demain, toutes les ambassadrices et étrangères parmi lesquelles se trouvera Mme de Knobelsdorf [7], que nous appelions, à Constantinople, Mme de Prusse, et, samedi, deux princes. Le Pape et l’Empereur arrivent à midi aujourd’hui. Tous les préparatifs pour le Couronnement se font. Les illuminations des Tuileries seront superbes si le temps est beau, ce dont je doute, car cette nuit, il est tombé beaucoup de neige. J’ignore encore si je serai de semaine dimanche prochain. Si Mesdames Saint-Martin et Lambert sont nommées, j’éviterai le cortège ce jour-là, car nous

  1. Louis-Pierre Alphonse de Colbert Chabanais fut baron de l’Empire, général de brigade en 1814, général de division en 1837 ; il était frère d’Auguste-Marie-François, marié à Mlle Canclaux, tué à Caballos (Espagne), le 3 janvier 1809.
  2. Anne-Henriette Croze de Lincel, mariée à Claude-Mathieu Gardanne, général de brigade, aide de camp de l’Empereur.
  3. Laure Guesnon de Bonneuil, mariée à Michel-Louis-Étienne Regnault (de Saint-Jean d’Angely), député, ministre d’Etat, etc., proscrit par la Restauration.
  4. Il a remplacé Murat dans le commandement des troupes françaises stationnées dans la République italienne.
  5. Le comte Philippe de Cobentzel, ambassadeur de S. M. l’empereur d’Allemagne et d’Autriche.
  6. M. de Lima, ambassadeur de S. A. R. le prince Régent de Portugal.
  7. M. de Knobelsdorf, ministre de Prusse près la Porte, sous le règne de Frédéric-Guillaume II fut chargé par son souverain, en septembre 1806, d’une mission près de l’Empereur.