Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1917 - tome 42.djvu/272

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


est de sauver ce qui flotte encore. Instrumens de travail, débris de fortune, d’influence, de prestige, voilà ce qu’il faut recueillir. La besogne exige des hommes libres de leur volonté et de leurs mouvemens. Lorsque cette génération d’adultes vigoureux aura pourvu au plus pressé, en reconstituant notre patrimoine matériel, il sera temps de lui assurer des héritiers. Jusqu’alors, pourquoi multiplier, en élevant beaucoup de fils, les victimes des futures guerres ? » De tels argumens établissent que l’égoïsme peut s’élever jusqu’à la stupidité. A la plupart les faits ont trop prouvé que la population la moins menacée est la plus nombreuse et que les races les plus avares de naissances sont les meurtrières des enfans engendrés par elles, car elles leur refusent des défenseurs. Les faits mettent hors de doute que, dans la paix comme dans la guerre, les forts gouvernent à peu près comme il leur plaît le monde, et que le bonheur personnel des nains pacifiques reste à la merci perpétuelle des géans armés. Si nous restons trop peu nombreux pour compter sur nous-mêmes, nous n’aurons pour sécurité au dehors que l’inattention des ambitieux, la douceur des violens, les scrupules des forts. S’ils nous laissent cultiver en paix notre sol, nos goûts, nos facultés, ce sera durant le temps qu’il faut à la moisson pour mûrir ; ils se réserveront la récolte, et, pour que nous-mêmes soyons contraints de la conduire dans leurs greniers, il suffira d’un signe. C’est à la merci de ce signe qu’il nous faudra vivre.

Cette évidence a vaincu l’aveuglement. Une lumière enfin s’est faite dans l’intelligence française. Il y a quatre années la France, à tous ceux qui dénonçaient les mariages stériles, répondait comme dans un procès fameux : « La question ne sera pas posée. » Aujourd’hui, la question est posée ; aucune n’excite une sollicitude si profonde, si anxieuse, si universelle. Nous savons que tel sera l’avenir de la famille, tel sera l’avenir de la patrie.

Quelles chances nous restent de redevenir ce que nous avons été ?


ETIENNE LAMY.