Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1917 - tome 41.djvu/614

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


néerlandais, — leurs couleurs sont les mêmes, — mariaient leurs plis. En face de la table d’honneur, le buste de la République française sur un socle, orné du monogramme R. F. Sur la blancheur des murs, nos devises, apportées du front à la Haye. En face de moi, celle de La Rochejacquelin : « Si j’avance, suivez-moi ; si je recule, tuez-moi ; si je tombe, vengez-moi ! » Dans une atmosphère d’enthousiasme, fraternisaient les représentans de tous les groupemens francophiles néerlandais, venus de Groningue.de Rotterdam, d’Amsterdam, d’Haarlem, d’Utrecht, d’un peu partout. C’étaient les « Hollande-France [1] ; » c’étaient les « Alliances françaises ; » c’étaient les membres de la « Ligue des neutres, » confondus dans la même foi, la foi en l’idéal représenté par la France. Dès le début, Salverda de Grave, qui s’est encadré des deux délégués français, se lève et porte un double toast a S. M. la reine Wilhelmine et au président Poincaré, et fait exécuter le Wilhelmus, écouté debout, puis la Marseillaise, que toute l’assistance chante impétueusement, le verre tendu dans notre direction.

Tout le reste répondit à cette entrée. La joie dans tous les regards, l’effusion patriotique dans tous les propos. Nous saluons des visages amis, ceux qui nous ont accueillis les premiers à la Haye, MM. les pasteurs wallons et M. van der Berch van Heemstede, et l’infatigable M. Noyon, et le très distingué publiciste M. Mesritz, et le cher artiste Zilcken, et nombre d’autres, fonctionnaires, parlementaires, universitaires ou dignitaires, car la Cour même n’était pas tout à fait absente de la réunion. Au moment des toasts, Salverda de Grave, en quelques paroles sobres dont tous les mots portaient, dit pourquoi la Hollande professait hautement l’amour de la France et de ses principes, et déchaîna une tempête d’acclamations. M. Mesritz, au nom du principal organisateur, M. le docteur

  1. Voici quel était, en mars 1917, le noyau des Comités « Hollande-France, » d’après la circulaire du Comité fondateur : LA HAYE : MM. Henri Borel, van Bylandt, Byvanck, van Deventer, trésorier ; Mme de Meyier, M. Noyon, Mme la baronne Taets van Amerongen-Viruly, M. Zilcken. AMSTERDAM : MM. J.-Th. Bocen, Louis Israêls, van der Boeven Leonhard, H. Treub, G. Walsch, Westendorp, A. Diepenbrock. GRONINGE : MM. J.-A. Barrau, le pasteur J.-L. Pierson, Salverda de Grave, président. ROTTERDAM : MM. Huib Luns, Jehan de Meester, Mme A. van Wijngaarden-Boot, présidente. BUSSUM : M. Fr. van Eeden. MAASTRICHT : M. Houben. HAARLEM : M. Louis Haemaeckers. LEYDE : Mlle Serrurier. NIMEGUE : M. J. Toroop. HILVERSUM : M. P. Walkhoff, secrétaire.