Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1917 - tome 41.djvu/128

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— C’est vrai ! reprend Kérensky avec autorité. Camarades, à vous de dire si les moyens que propose Lénine peuvent assurer le triomphe des idées russes et de la démocratie universelle. Les bolché-wiki prétendent que la restauration de l’activité combattante des armées vient en aide au capital international. Ce n’est pas vrai. L’armée révolutionnaire le sait et, réorganisée sur des bases nouvelles, elle est en plein accord avec mon point de vue, qui est aussi celui du Conseil des délégués ouvriers et soldats.

Puis se tournant vers les maximalistes :

— J’ai maintes fois défendu sur le front votre droit d’exposer vos idées ! s’écrie Kérensky.

— Merci ! réplique ironiquement le groupe des bolché-wiki.

— Je n’ai pas besoin de votre « merci ! » J’ai fait cela afin que vous appreniez à lutter comme les honnêtes gens avec l’arme de la vérité.

Leçon perdue ! On ne peut lutter qu’à l’aide du mensonge, de la vénalité, de la trahison, lorsqu’on défend la cause, désormais perdue, de l’impérialisme prussien.

Le discours du ministre de la Guerre, entrecoupé jusqu’au bout par les interruptions des maximalistes, s’achève dans une tempête de hourrahs et d’applaudissemens. Les bolché-wiki se retirent ; mais on sent à leur attitude que rien n’arrêtera désormais leur campagne criminelle.

Des deux côtés et de minute en minute, les événemens se précipitent, l’action s’intensifie. Une grande manifestation pacifiste est annoncée. Cronstadt est pleine d’inquiétantes rumeurs… D’autre part, la campagne en faveur de l’offensive se fait plus ardente. Il y a comme des effluves électriques dans l’air… Les premiers bataillons de la Mort sont en route pour le front… L’air chaque jour répété de la Marseillaise enveloppe les casernes d’une atmosphère patriotique et guerrière. Le bataillon des femmes, formé sous la direction de la veuve d’un colonel, Mme Botchkaréva, a défilé, au milieu d’une foule attendrie et respectueuse, dans les rues de Pétrograd. Mme Kérensky l’accompagnera sur le front en qualité d’infirmière. L’offensive est proche… Une activité intense règne dans les deux partis : et c’est l’unanimité qu’il faudrait pour assurer la victoire !


MARYLIE MARKOVITCH.