Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1917 - tome 40.djvu/705

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


graveurs, les lithographes, et voire les photographes, n’ont rien compris à M. Scribe. Son visage, d’après ces calomniateurs, serait une chose « d’une platitude et d’une vulgarité odieuse. » Pas du tout ! Il est magnifique « de force, de puissance, de volonté, d’implacable héroïsme. » En vérité ? Les traits, mesquins ; les yeux, petits ; le front petit. Qu’importe ? le front petit, les yeux petits, les traits mesquins marquent, on ne sait trop comment, une audace, une patience, une fermeté résolue et telle que le bonhomme en est subhme. M. Scribe n’était aucunement l’homme de son œuvre : et tant pis pour son œuvre, mais tant mieux pour lui ! Son œuvre, une subtile niaiserie ; mais lui, « vaillant, clairvoyant, prime-sautier, inventif : et, s’il eût appliqué ses étonnantes facultés à toute autre chose qu’à la poésie, il fût devenu général, ministre, conducteur d’hommes, cardinal et pape s’il l’avait voulu. » Banville a causé avec M. Scribe, ou, du moins, M. Scribe parlait : « Je ne lui répondis pas un seul mot et il n’a jamais entendu le son de ma voix… » Le silence de Prométhée, dans Eschyle, est il plus tragique ? et les bourreaux de Prométhée sont-ils plus acharnés à leur victime que le bavard M, Scribe à la sienne ?…

Il avait attrapé Banville au bouton de la redingote. Et il parlait, parlait, avec entrain, fougue, emportement, volubilité. Cependant, il « tordait, tortillait, torturait» ce bouton, l’arrachait, l’emportait : « il me le doit toujours ! » Et il disait… Toute la scène, Banville l’a inscrite dans ses Souvenirs, où il a mis sa jeunesse, sa rêverie, ses dates précieuses ; et, comme les enfans de Sicos, dans l’Aveugle d’André Chénier, promettent de consacrerpar des jeux et des fêtes le jour qu’ils ont reçu le grand Homère, il n’oubliera jamais le jour que M. Scribe l’entretint... M. Scribe disait : « Lorsque j’eus trouvé la scène, devenue célèbre, où Alice supplie Robert… » Il sentit alors qu’une scène pareille voulait des rimes admirables, des mots splendides, enfin des vers étonnans. « J’allai trouver le plus grand des poètes... » Victor Hugo ! songe Banville ; et il frissonne… Mais, non : Casimir Delavigne !… « Casimir écrivit un morceau sublime, terrifiant, admirable, du Corneille !… » Oui ; et Meyerbeer n’en put rien faire, ne put rien faire de ce Corneille livré par Delavigne. Ça n’allait point. Or, Meyerbeer précisément partait pour la campagne, la tête pleine de musique, et la musique de x'Meyerbeer avait envie de se poser sur des paroles. Vite, des paroles ! M. Scribe n’a pas une minute à perdre ; Meyerbeer déjà monte en voiture. Un bout de papier ; ces quatre vers s’y écrivent tout seuls ; « Robert, toi que j’aime, et qui reçus ma foi,