Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1915 - tome 28.djvu/782

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


frontières. En temps de guerre, toutes les parties de l’organisme national réagissent avec une égale énergie. Mais, même en temps de paix, les régions voisines de l’ennemi restent tendues, tous les muscles saillans dans le corps au repos. Leur physionomie originale vient de là. Cette physionomie saute aux yeux non seulement en Lorraine ou en Alsace, mais aussi dans celles de nos marches où, la menace étrangère ne se faisant plus sentir, de vieilles populations belliqueuses gardent néanmoins un certain quant-à-soi. Ainsi, notre Catalogne française m’a toujours frappé par la persistance de son type traditionnel, qu’elle s’efforce d’ailleurs très consciemment de maintenir. Quoique bon patriote, le Catalan tient à se distinguer du « Gavatche, » c’est-à-dire, en somme, de quiconque n’est pas Catalan. Par ce caractère un peu fermé, le Roussillon mb rappelle ma Lorraine. A l’époque où Perpignan était encore emprisonné dans sa pittoresque ceinture de remparts, je lui trouvais je ne sais quelle ressemblance avec Metz. Peut-être qu’au fond, toutes les vieilles villes fortifiées par Vauban produisent une illusion pareille. Cependant, il est tel carrefour, telle rue étroite et durement pavée de Perpignan où l’on se demande si l’on est en Fournirue ou dans la Fusterie, devant Saint-Maximin ou devant Santa-Maria-la-Real.

A parcourir cette grasse contrée de richesse agricole, toute débordante de vigoureuse sève rustique, pays de vignerons, de tonneliers, de routiers, de contrebandiers, — gens batailleurs et opiniâtres, gens à tête carrée comme chez nous, — je me disais chaque fois : « Il y a là de la force, d’immenses ressources inemployées ! « Certes, je ne veux pas vaticiner sur les destinées catalanes. Mais je constate avec joie, avec espoir, que Rivesaltes de Roussillon vient de nous envoyer Joffre…


* * *

L’importance nationale d’une province ne doit pas se mesurer seulement aux services qu’elle peut rendre en temps de guerre. Ils seraient par trop intermittens. L’action bienfaisante, tonifiante des frontières est continuelle, et elle s’exerce dans tous les domaines. Si elle empêche l’énergie combative de s’annihiler, elle protège le jugement de la nation contre les mirages idéologiques et elle rectifie sa pensée. Le plus clair avantage peut-être qu’un pays comme la Lorraine confère à ses enfans, c’est de