Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1915 - tome 28.djvu/406

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


filles, et rayé du programme la poésie, les belles lectures, les conversations élégantes, et jusqu’au goût de la lecture ou de la correspondance [1] ; après avoir remplacé les prêtres séculiers qui servaient de chapelains ou de confesseurs par des prêtres de la Congrégation de Saint-Lazare, humbles apôtres à l’esprit simple et au langage plébéien, elle pensa mettre le sceau à la réforme en transformant la communauté des Dames de Saint-Louis, qui n’était qu’un Institut séculier, en monastère régulier.

Un jour, donc, l’évêque de Chartres s’en vint à Saint-Cyr, et appelant toutes les Dames en particulier, il leur apprit le changement qu’on avait projeté pour la communauté et leur demanda leur sentiment. « Il nous parla à toutes, les unes après les autres, nous fit voir le peu de fond qu’il y avait à faire sur nos vœux simples, les raisons qu’on avait de nous en demander de solennels ; déclarant d’ailleurs qu’on ne voulait contraindre personne, et que nous étions libres ou de rester à Saint-Cyr comme nous étions, ou dans d’autres couvens, ou de rentrer dans le monde ; que dans tous les cas, le Roi pourvoirait à notre subsistance par une dot ou une pension… L’évêque écrivit nos réponses, et nous les fit signer ; puis il nous imposa le silence, ne voulant pas que nous pussions nous communiquer ce que nous avions dit. Il nous exhorta fort à nous tranquilliser ; enfin il s’en alla, nous laissant assez pensives… »

Ainsi prises au piège, les pauvres filles s’entre-regardèrent et soupirèrent. Sous la douceur résignée de leurs Mémoires, on ne laisse pas de sentir l’émoi de la petite communauté. Mme de Maintenon s’efforça de les rassurer. On leur demandait des vœux perpétuels ; mais on comprenait qu’elles seraient des religieuses entièrement différentes des autres, on les déchargerait de la grande quantité de prières et d’austérités qui pourraient les détourner de l’éducation des demoiselles : à l’entendre, on eût dit qu’il ne s’agissait que d’un petit changement au règlement. Elles se soumirent à ce qu’on leur demandait, et adressèrent une supplique au Pape. Il fallut le consentement du Pape, l’approbation du Roi : le 1er décembre 1692, l’évêque de Chartres érigeait la maison de Saint-Louis en monastère régulier de l’ordre de Saint-Augustin.

Des vingt-cinq Dames, une seule demanda à se retirer.

  1. « Elles s’ennuieront à mourir dans leurs familles : qu’elles aiment le silence, il convient à notre sexe… » Ce bon sens devient cruel !