Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1915 - tome 28.djvu/331

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


durée totale de sa mobilisation sera-t-elle moindre qu’elle ne l’est déjà pour les autres belligérans. Les promesses qu’elle a reçues lui garantissent, au lendemain de la paix, un accroissement de territoire et de population qui, à lui seul, compensera une partie des sacrifices qu’elle se sera imposés. En admettant que sa dette s’accroisse de 50 pour 100, cela représentera pour ses budgets une charge additionnelle de 3 ou 400 millions de lire, qui se répartira entre un plus grand nombre de contribuables. Elle trouvera cette somme en élevant le taux d’un certain nombre de taxes existantes. D’autre part, l’élément additionnel de force que lui donnera l’entente avec la France, la Russie et l’Angleterre, les quatre Puissances se partageant l’empire de la Méditerranée, aura une influence heureuse sur son développement économique.

Quelles que soient les pertes d’hommes auxquelles elle doive s’attendre, les sacrifices qu’elle aura à faire de ce chef seront moindres que ceux des Alliés, tout d’abord parce qu’elle n’aura pas pris part aux dix premiers mois de la guerre, qui ont été particulièrement sanglans, et ensuite parce que l’expérience acquise servira à ses armées et les préservera peut-être, dans une certaine mesure, de ces hécatombes du début, qui ont été parfois provoquées par l’inexpérience d’officiers encore mal familiarisés avec la tactique des campagnes modernes. D’ailleurs, la natalité puissante de la Péninsule ne se ralentira pas ; dès le lendemain de la paix, l’excédent des naissances sur les décès redeviendra considérable. En outre, il faut tenir compte du fait que de très nombreux émigrans sont rentrés depuis l’an dernier, à cause de la difficulté qu’ils éprouvaient à trouver du travail au dehors, ou y reviennent pour remplir leurs devoirs militaires. Les vides creusés par les combats seront comblés. L’Italie n’a pas à redouter le manque de main-d’œuvre. Les remises annuelles d’or auxquelles elle s’était habituée depuis que des centaines de milliers de ses enfans travaillaient dans l’Europe continentale et en Amérique, lui manqueront pendant quelque temps ; son change pourra éprouver quelques difficultés à revenir immédiatement au pair ; mais ce ne sont là que des phénomènes secondaires, qui n’empêcheront pas l’économie nationale de se rétablir.

Accrue de millions d’hommes qui aspirent de toute leur âme à se réunir à la mère patrie, l’Italie, mise en possession des