Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1915 - tome 28.djvu/308

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


élevé que cette quantité augmente. Des modifications ont été introduites en 1914 aux règles édictées à cet égard.

En dehors et à côté des banques, le Trésor émet, lui aussi, des billets, dont l’émission, en dernier lieu, était autorisée pour un total de 700 millions de lire : 400 forment le contingent normal et le surplus a été créé en vertu de lois et décrets successifs, dont le dernier est celui du 19 décembre 1914.

La Banque d’Italie a travaillé avec énergie à se dégager du lourd héritage de la Banque romaine qui lui avait été imposé en 1893. Elle a réussi à liquider le demi-milliard d’actif immobilisé qui était entré, à cette époque, dans son portefeuille, tout en développant ses affaires dans l’intérêt général. Le tableau suivant indique les soldes des principaux chapitres de son bilan au 31 décembre de cinq années caractéristiques, et au 20 mai 1915, à la veille de la guerre :


Banque d’Italie (millions de lire).


31 décembre Encaisse métallique Circulation Dépôts Effets escomptés Avances
1894 362 826 213 191 28
1900 351 820 192 331 35
1907 1 018 1 411 212 480 71
1913 1 145 1 700 189 600 130
1914 1 226 2 165 550 793 152
1915 (20 mai) 1 260 2 601 749 944 275

La Banque de Naples s’est également développée. Son actif, à la fin de 1914, s’élevait à 940 millions, dont 262 millions d’encaisse, 220 millions d’effets italiens, 46 millions d’effets sur l’étranger, 47 millions d’avances aux particuliers, 170 millions d’avances au Trésor. La Banque de Sicile, au 31 décembre 1914, avait une encaisse de 101 millions, un portefeuille italien de 69, un portefeuille étranger de 18 millions, 10 millions d’avances, 26 millions de titres. La circulation était de 191 millions, les dépôts de 65.

Du 20 juillet au 30 septembre 1914, les escomptes et les avances, chez les trois instituts d’émission, avaient augmenté de 600 millions ; à la fin de l’année, ce chiffre avait été réduit de 150 millions. A la même date, la circulation des billets de banque s’élevait à 2 940 millions, en augmentation de 745 millions sur celle du 20 juillet ; durant la même période, les dépôts chez les trois instituts s’étaient accrus de près de 400 millions.