Page:Revue des Deux Mondes - 1914 - tome 21.djvu/921

Cette page n’a pas encore été corrigée


La clé de la chapelle est déposée chez un voisin chargé d’ouvrir la porte aux pèlerins qui viennent s’agenouiller et prier pour le repos éternel des trois infortunés.


IV. — LA CAPITALE

La première impression que me produisit Mexico ne fut, je l’avoue, pas trop favorable.

La Estacion de la Colonia, où je quittai le train, se trouve dans le nouveau quartier. Les bâtimens environnans sont imités des cottagesvanglais ou des petits hôtels parisiens. Mais, construits sans exception avec des matériaux de moindre valeur, ils semblent d’une distinction fausse et prétentieuse.

Une heure après, devant la cathédrale, je me disais que Mexico était une des villes les plus ravissantes de l’univers. Les plantations et les parterres, au milieu de la place énorme, l’appellent un jardin botanique. Des arbustes de toute sorte, des fleurs de toutes couleurs s’y épanouissent dans une riche abondance. Derrière, s’élève la façade de l’église flanquée de deux tours fières. Bâtiment monumental sous tous rapports. Ses proportions architecturales sont d’une parfaite beauté et les matériaux employés des plus précieux. Des fondations jusqu’à la magnifique coupole et aux tours élancées, ils se composent de fines pierres de taille. Peut-être, peut-on reprocher quelque chose au style un peu chargé ; néanmoins, l’exécution est si remarquable que cette église doit être rangée parmi les monumens les plus saillans du XVIIIe siècle. La plupart des architectes espagnols ont le sens de la grandeur et de l’harmonie, et, ici, ils n’ont point été dépassés.

Alonso Perez de Castanada dessina, en 1573, le premier plan de la cathédrale de Mexico. La conception et la forme de la Renaissance s’y épanouissent. Dans le cours des siècles, bien des retouches furent faites au plan original. D’abord par Gomez de Mora, successeur de l’architecte royal. Le bâtiment ne fut consacré qu’à la fin du siècle suivant, et les deux tours, comme le prouvent leurs décorations, ne furent achevées qu’après. Mais elles sont d’un très bel effet, quoique d’une époque plus récente.

En face de la cathédrale, la place est limitée par l’Hôtel de Ville et, à droite, par la Résidence. Du quatrième côté courent les arcades de vos Mercadores. Le vaste quadrilatère, avec tous