Page:Revue des Deux Mondes - 1914 - tome 21.djvu/423

Cette page n’a pas encore été corrigée


d’enthousiasme : sur ce million de figures qui ont passé dans les Champs-Elysées, je n’ai surpris que l’expression de la curiosité.

Il en est de même de ce que l’on appelle le pèlerinage au tombeau de Napoléon, pèlerinage qui se déroule sous mes croisées depuis le 15 de ce mois, et dont je suis, par conséquent, l’incessant témoin. C’est encore ce même sentiment de curiosité qui fait que la foule se presse, se heurte et s’entretuerait, si de sages et très vigoureuses mesures n’avaient été prises pour la contenir. Une rangée de baïonnettes protège l’interminable queue formée par une masse compacte de curieux, contre ceux qui, arrivés les derniers, voudraient prendre le pas sur ceux qui, depuis des heures déjà, se trouvent à la file en attendant, par un froid de cinq à six degrés, l’heureux moment où ils pourront franchir la grille de l’hôtel des Invalides, au-delà de laquelle s’ouvre à eux une église bien drapée, bien tapissée, changée en chapelle ardente, avec, au milieu, un grand catafalque tout doré entouré de tribunes et d’estrades recouvertes en étoffe d’un beau violet, bordée de franges d’or et parsemée d’abeilles d’une égale richesse. Mais après avoir admiré cette pompeuse mise en scène, cette foule sort de là comme d’une salle de bal ou d’une salle de spectacle ! Pourrait-il en être autrement, alors que, dans la nef, elle n’a vu ni un prêtre, ni un symbole religieux.

Ce qui m’a paru le plus imposant, je dirai même le plus effrayant, c’est la terrible foule qui suivait le cortège ou le regardait passer. La large avenue des Champs-Elysées et celle qui va du pont de Neuilly à l’Arc de triomphe ressemblaient à un torrent, tournoyant, bouillonnant, d’où montaient des cris, des chants, des vociférations. Rien ne résistait à l’impétueuse curiosité de cette masse mouvante. Les pelotons de la troupe de ligne, ceux de la garde nationale, les soldats rangés pour protéger la voie contre l’envahissement, tout jusqu’aux barrières et échafaudages improvisés dans un but de spéculation, tout fut renversé, envahi et foulé sous les dix fois cent mille pieds des hommes, des femmes, des enfans qui formaient pour ainsi dire un seul corps, muni d’un million d’yeux. Cette hydre d’une nouvelle espèce se traîna jusque sur la place Louis XV, où elle se vautra en s’élargissant, pour se dissoudre finalement et s’écouler par le jardin des Tuileries, les quais et les rues, pressée de trouver un abri contre le terrible froid.

Voici, du reste, ce que m’a raconté un capitaine de la garde