Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1914 - tome 21.djvu/406

Cette page n’a pas encore été corrigée


de roses, les hommes en inexprimable blanc, gilet de même et un bouquet de roses à la boutonnière. La galerie sera ornée de tentures blanches et roses à franges d’argent, avec des masses de roses partout.

Le 30 de ce mois, il y aura un énorme dîner en uniforme chez nous, en honneur de la fête de notre Empereur. Ce sera le premier dîner de cérémonie qui aura lieu à notre ambassade depuis la révolution de Juillet. Le nouveau ministère, le corps diplomatique et les gros bonnets du pays en seront.


2 juin. — Auersperg [1], qui était ici depuis quelque temps, nous a quittés ce matin. Il a été passablement effrayé des émeutes : pour un empire, il ne serait pas allé au théâtre de la Gaîté où j’avais pris deux loges pour la représentation de lundi. Ce théâtre se trouvant dans le quartier où l’on se battait, il m’a déclaré très positivement que, pour son compte, il n’irait pas. Nous autres, qui avons, depuis tant d’années, l’habitude de ces scènes sanglantes, nous ne concevons pas qu’elles puissent produire de l’effet sur les étrangers, mais cependant, le lendemain, on voyait, à toutes les portes des hôtels de la rue de la Paix, des voitures de voyage prêtes à partir et, huit jours durant, on a eu toute la peine du monde à se procurer des chevaux de poste.

La fête de l’Empereur a été célébrée chez nous, par un grand dîner en uniforme qui a été vraiment superbe : plus de quatre cents bougies éclairaient la salle à manger, le diner était de quarante-deux personnes : une harmonie militaire égayait un peu ce solennel repas ; à neuf heures, on alluma dans le jardin des feux de Bengale et, pendant ce temps, les salons s’étaient remplis et on valsait de bon cœur.

La duchesse de Montmorency nous a donné un déjeuner dansant qui, commencé à trois heures de l’après-midi, a fini à trois heures du matin. On y a donc déjeuné d’abord, puis diné et enfin soupe, tout cela au milieu d’une profusion de fleurs, avec un soleil magnifique, une verdure de gazon admirable et sous des ombrages de fleurs. Les repas ont été aussi délicats, aussi soignés que s’ils avaient été faits pour une table de douze personnes et nous étions trois cents. Le soir, tous les salons

  1. Le prince Vincent d’Auersperg, alors âgé de vingt-sept ans ; il fut conseiller intime et chambellan de l’empereur François-Joseph.