Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1914 - tome 21.djvu/134

Cette page n’a pas encore été corrigée


l’organe du général Jacqueminot, que la revue est abolie, vu que la vie du Roi est trop précieuse à la France pour la risquer de nouveau.


27 juin. — Nous avons fait, hier, notre visite de condoléance et de félicitation à la famille royale, à Neuilly. Grande était la foule et l’on a prononcé beaucoup de belles phrases. Le Roi conserve toujours son même calme, la Reine a beaucoup de confiance dans la Providence divine, qui protège si visiblement le Roi. J’ai trouvé Madame Adélaïde très abattue : en me parlant de l’événement, elle avait les yeux en larmes. Elle me dit entre autres que, dans les premiers momons, ni elle ni la Reine, bien qu’elles fussent dans la voiture du Roi, ne s’étaient expliqué la détonation. C’est le Roi qui leur dit la vérité en les rassurant et en rassurant le public qui entourait la voiture. La balle est entrée, deux pouces au-dessus de sa tête, dans les coussins de la voiture.

M. Athalin, avec lequel j’ai causé assez longtemps de ce lamentable événement, m’a dit qu’il le considérait comme infiniment plus grave que celui qui l’a précédé, l’année dernière. On a expédié, hier, des courriers aux princes, pour leur apprendre la nouvelle. Il est probable qu’ils reviendront aussitôt après l’avoir reçue.

Après avoir quitté le château de Neuilly, nous nous sommes rendus à la maison de campagne que M. Thiers a louée à Neuilly. C’est une charmante habitation, très spacieuse, toute fraîche et élégante. M. Thiers nous a dit que le Roi, peu d’heures après l’attentat, de retour à Neuilly, lui avait adressé une lettre d’affaires, véritable monument historique qui rend le plus incontestable témoignage du calme et du sang-froid de ce souverain.

— Il y règne, dit le ministre, une admirable lucidité de jugement sur toutes les affaires les plus importantes, dont j’avais parlé au Roi la veille et dont il avait puisé de nouveaux détails dans les papiers que je lui avais transmis pour les parcourir ; il m’a fait les observations les plus justes, les plus précises et qui m’ont bien prouvé combien son esprit était libre de toute autre préoccupation..


29 juin. — Nous avons dîné, hier, chez le Roi, à Neuilly ;