Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1912 - tome 12.djvu/889

Cette page n’a pas encore été corrigée


vainqueur, j’arrive, j’achève d’écraser l’armée prussienne et j’ai tout le prestige. Si Mac Mahon est vaincu, je reste intact avec la seule force organisée qu’il y ait en France et je traite. — Les Prussiens, avec leur aptitude merveilleuse à saisir tous les moyens d’action, leur connaissance profonde des hommes et des choses politiques, ont pénétré ces projets et en ont tiré parti. Ils ont circonvenu Bazaine et l’ont embarqué dans une série d’intrigues embrouillées. Ils le flattaient par tous les moyens. Ils ont été jusqu’à publier des récits de combats à son avantage et des descriptions flatteuses de son armée qui n’étaient que des mensonges. Bref, d’intrigue en intrigue, ils l’ont amené jusqu’à ce que les vivres lui manquassent, et il a dû capituler. Depuis le 31 août, du reste, il est très douteux qu’il eût pu forcer le passage, ou que, l’ayant forcé, il ne se fût point précipité dans un désastre. C’est donc, à vrai dire, le gouvernement impérial seulement qu’il a trahi : le mot est juste sur ce point. Depuis il a mal agi, il a méconnu ses devoirs, mais rien ne démontre que, resté en dehors de ses intrigues, il aurait pu sauver l’armée. Celle-ci est innocente. Canrobert, Ladmirault, etc., n’ont rien à voir dans ces machinations qui les désespèrent et qu’ils n’ont connues qu’à la fin. On les avait du reste absolument trompés sur l’état de la France. Le pire est que Bazaine a empêché de détruire des drapeaux et de briser les armes : c’était bien aisé. Plus de 300 000 chassepots et des mitrailleuses en quantité passent à l’ennemi.


Tours, 24 novembre.

A sa mère.

Il y a aujourd’hui un mouvement des Prussiens dans la direction du Mans : les trains ont été arrêtés, je ne sais, si cela continue, par où passeront les lettres. Je t’ai à tout hasard écrit par l’Angleterre ; c’est le moyen qu’il faudrait employer si les communications étaient coupées d’une manière permanente.

Je ne puis pas répondre comme je voudrais. J’ai une correspondance de tous les diables avec les parens de mes amis qui m’envoient des nouvelles ou m’en demandent. Je leur écris pour ne rien dire, mais il parait que cela les distrait toujours.

Donne-moi donc des détails sur Honfleur, travaille-t-on