Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1912 - tome 12.djvu/576

Cette page n’a pas encore été corrigée


que le service de ceux dont le gage est antérieur a été assuré. L’emprunt de 1910 émane de l’Ouprava fondova : c’est un organisme d’Etat, constitué par une loi du 8 juillet 1998, modifié et complété par celles des 21 février 1906 et 14 juin 1910. Il gère les fonds de l’Etat, les capitaux des arrondissemens et départemens, des églises et monastères, et ceux des institutions qui sont placées sous la surveillance directe des autorités publiques, les dépôts effectués auprès des tribunaux, des autorités de police et des autres administrations. L’Ouprava fondova prête aux particuliers, en première hypothèque, sur terrains à bâtir, bâtimens et terrains agricoles ; il émet des lettres de gage et des obligations communales, sous réserve de l’autorisation du gouvernement qui garantit tous ses engagemens. C’est une sorte de Caisse de dépôts et consignations, doublée d’un Crédit foncier.

Le budget ordinaire de 1912 s’élevait à 124 millions, et les prévisions du budget extraordinaire à 6 millions. Il est inutile d’ajouter que la guerre va singulièrement modifier ce dernier chiffre.

Les ressources étaient les suivantes :


Millions de dinars.
Monopoles (tabac, sel, pétrole, allumettes, papier à cigarettes). 31
Douanes 15
Droits de timbre 8
Total des revenus affectés à la Caisse de la dette. 54
Chemins de fer 16
Postes, télégraphes et téléphones 4
Contributions directes 30
Contributions indirectes 9
Monopoles non affectés à la Dette (alcool, imprimés, poudre, dynamite) 1
Produits des forêts et mines de l’Etat 2
Revenu des établissemens publics 3
Revenu de capitaux mobiliers 3
Revenus divers 3
Revenus extraordinaires 5
Total 130

L’exercice 1910 avait laissé un excédent de 5 millions. En 1911, la situation économique s’est encore améliorée, grâce à la conclusion d’un traité de commerce avec l’Autriche, qui, pendant plusieurs années, avait mené une campagne douanière contre la