Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1912 - tome 12.djvu/165

Cette page n’a pas encore été corrigée


de penseur ou d’écrivain qui se reflète dans ce recueil, c’est bien toute une vie intellectuelle et morale qui s’y exprime, et une vie dont on sait les remarquables vicissitudes. Ces vicissitudes, il est facile de les entrevoir à travers divers essais dont l’objectivité voulue, et d’ailleurs réelle, ne laisse pas de trahir la pensée intime : il y a quelque distance entre l’état d’esprit qui, en 1881, dictait à l’auteur des Discours de combat ses pages sur les Sermons ou sur la Querelle du quiétisme et celui qui, en 1900, lui inspirait sa conférence de Rome sur la Modernité de Bossuet, ou encore le vigoureux et vibrant article d’ensemble qu’en 1906, à la veille même de sa mort, il écrivait sur son auteur de prédilection ; et ce ne sera peut-être pas le moindre intérêt de ce volume que d’être, en même temps qu’une importante « contribution » à l’étude de la vie et de l’œuvre du grand évêque, une « contribution » aussi, d’autant plus instructive qu’elle est plus involontaire, à l’histoire morale d’une âme tourmentée, inquiète, et qui a tardivement trouvé « l’apaisement de son inquiétude. »

Et à ceux enfin qui, fortement épris d’unité, cherchent dans un livre, fût-il composé de morceaux disparates, une communauté de pensée, d’intention et de direction, celui-ci procurera plus d’une satisfaction. D’abord, l’unité du sujet n’en est pas absente, puisque Bossuet en demeure l’unique héros. S’il y a des recueils d’articles que les esprits les plus injustement réfractaires à ce genre d’ouvrages doivent tolérer, et même approuver, ce semble, ce sont bien ceux qui sont consacrés à un seul écrivain : on pourra reprocher aux auteurs de ces recueils de n’avoir pas su coordonner leurs recherches, on ne leur reprochera pas d’avoir dispersé leur attention. De plus, on ne saurait refuser à chacun des morceaux qui forment ce Bossuet une forte, une rigoureuse unité. Il y a des écrivains, — et Brunetière était du nombre, — qui « composent, » qui bâtissent un article ou un discours comme d’autres construisent un livre, et qui, dans le suggestif raccourci d’un seul essai, savent faire tenir et maîtriser autant d’idées et de faits que d’autres en un gros volume : de sorte qu’atout prendre, il n’y a pas trop lieu de regretter qu’ils n’aient pas ou guère écrit de vrais livres. Il me semble que ce rare mérite frappera vivement tous les lecteurs du Bossuet : il y a là tel essai, par exemple l’article capital sur la Philosophie de Bossuet, qui, pour la vigueur concentrée de la pensée, pour la