Page:Revue des Deux Mondes - 1910 - tome 56.djvu/367

Cette page n’a pas encore été corrigée
361
DIMANCHES ANGLAIS CONTEMPORAINS.

répandre, d’en nourrir les hommes, à qui ce pain n’est pas moins nécessaire que le pain du corps.

Elevé par sa mère dans une chaude atmosphère de tendresse, Robert Elsmere vient étudier à Oxford et il est conquis dès le premier jour par la force de tradition qui est le charme puissant du lieu.


Dans le calme automnal, la vieille cité méditait, eût-on dit, sur les générations nombreuses qui avaient foulé l’une après l’autre les pavés usés de ses rues. L’expérience humaine, continue à la fois et complexe, l’effort inlassable de la race, devenaient en quelque sorte sensibles à la fine et précoce intelligence du jeune homme, tandis qu’il parcourait, à côté de sa mère, les antiques collèges de la cité studieuse.


Nous pressentons déjà que celui-là ne sera jamais ni un égoïste intellectuel, ni un rebelle. Dès les premières pages, Mme Ward nous a préparés à comprendre que la passion religieuse n’éclatera pas chez lui en orgueilleuse révolte : il la mettra


… au service de la grande tradition positive qui l’enveloppait, et qui faisait en quelque sorte partie de l’atmosphère qu’il avait respirée jusqu’alors.


Sous l’influence d’un maître éminent, M. Grey, — lisez M. Green, Thomas Hill Green, professeur de philosophie morale à l’Université d’Oxford, — qui le reçoit dans son intimité, l’étudiant devient un homme, un homme de convictions ardentes et fortes. Sa ferveur idéaliste et son enthousiasme spirituel se trouvent naturellement portés, orientés par les traditions d’Oxford et l’esprit religieux qui, dans ce temps même, s’y affirmait avec une force rajeunie. Là se révèle à lui


… la noble beauté de l’état ecclésiastique. L’atmosphère imprégnée de religion, le caractère grandiose du lieu où tout témoignait d’une foi vénérable, organisée et cimentée par les siècles, la solennité du culte public, s’emparaient chaque jour davantage de son imagination…


Un jour il prend la décision d’être pasteur. Les discussions avec un ami sceptique et d’esprit négateur nous montrent ce qu’était sa religion : une force active, orientée dans un sens traditionnel.


L’intelligence proprement dite n’avait pas grand’chose à voir dans le christianisme d’Elsmere. Il avait fait siens les argumens de l’apologétique courante, et il les employait avec une entière bonne foi, non d’ailleurs