Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1910 - tome 56.djvu/181

Cette page n’a pas encore été corrigée
175
LA CRUE DE LA SEINE.

métamorphose. Autrefois des ponts permettaient seuls de le franchir à pied sec ; aujourd’hui, un enfant peut sauter d’un bord à l’autre et il y a beau temps que le pêcheur, dont l’épervier était souvent bien garni, a renoncé à son métier. La pluie, retenue maintenant par le feutrage des racines et évaporée par les feuilles, vertes toute l’année, des pâturages, ne s’en va plus à la rivière.


VIII

On a proposé un grand nombre de moyens pour prévenir les inondations et plusieurs peuvent se déduire des faits précédemment exposés. Pour le bassin de la Seine, comme pour bien d’autres régions, ils se répartissent en deux séries, nettement distinctes, selon qu’elles ont pour objectif d’empêcher la saturation des terres perméables ou bien de retenir, dans les points hauts, les eaux épanchées pour les dépenser ensuite à loisir.

La saturation peut être combattue en favorisant les décharges de la couche considérée, par sa région inférieure. Dans bien des cas, les sources qu’alimente la nappe décrite précédemment peuvent être élargies et rendues plus actives grâce à des aménagemens convenables. À l’aide de vannes, on arrive à régler la dépense dans une certaine mesure. Parfois une tranchée tracée suivant le pied d’un coteau détermine dans son économie hydrographique un appauvrissement considérable : on trouverait des exemples de semblables travaux dont on a regretté les conséquences desséchantes. J’ai eu pour ma part l’occasion, il y a peu d’années, d’en voir un exemple remarquable en Seine-et-Marne. Une population de maraîchers, cultivant depuis des siècles avec profit la surface d’un plateau, a eu sa condition tout à fait compromise à la suite de la diminution de la nappe renfermée dans le sol, appelée qu’elle était à un écoulement nouveau par l’ouverture d’un canal en contre-bas. La zone perméable paraissait mise désormais à l’abri de la saturation par la pluie. Pratiquées dans une sage mesure et non avec l’excès réalisé ici, les rigoles d’assèchement peuvent amener au contraire un résultat tout à fait favorable.

Mais la saturation peut être conjurée aussi par le développement de l’évaporation superficielle du sol, conformément aux