Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1910 - tome 56.djvu/172

Cette page n’a pas encore été corrigée
166
REVUE DES DEUX MONDES.

extrêmement inégale. Il en est où il ne pleut pour ainsi dire jamais. L’endroit le plus sec du monde se trouverait au Pérou, par 5° de latitude Sud, où l’on compte ordinairement, entre deux averses un intervalle de sept ans. Les pays tropicaux donnent les pluies les plus abondantes. Mais nos climats ont quelquefois des averses exceptionnelles, qui se traduisent par des chiffres vraiment prodigieux. Ainsi, d’après Arago, il tomba en vingt-quatre heures, dans la ville de Joyeuse (Ardèche), le 9 octobre 1827, sept cent quatre-vingt-douze millimètres d’eau. « J’écris le résultat en toutes lettres, dit l’illustre savant, afin qu’on ne croie pas à une faute d’impression. » Le 25 octobre 1822, il tomba à Gênes, en un seul jour 810 millimètres d’eau. Ce n’est pas très loin des plus grandes hauteurs tropicales, par exemple de celle de 890 millimètres relevée en vingt-quatre heures à Purneah et de celle de 960 millimètres, pour Ceylan, le 16 décembre 1897.

Les pluies annuelles représentent une hauteur moyenne de 1 670 millimètres dans l’Amérique du Sud ; de 825 millimètres en Afrique ; de 730 millimètres dans l’Amérique du Nord ; de 655 millimètres en Asie ; de 615 millimètres en Europe ; de 520 millimètres en Australie.

Et dans ces continens, la répartition est fort variable d’une contrée à l’autre. Ainsi, avec la moyenne européenne de 615 millimètres, il tombe 2 mètres d’eau en Norvège et 2m,80 en Ecosse. On a 4m,60 à la Vera Cruz (Mexique), 5m, 20 à Buitenzorg (Indes Néerlandaises), 7m,10 à Maranhao (Brésil), 12m,50 à Cherrapunji (Indes anglaises).

La moyenne annuelle de la pluie tombée à Paris est de 555 millimètres.

On a calculé ce qu’une violente averse de la région parisienne peut fournir d’eau ; 500 litres par seconde et par hectare, et l’on n’en a pas observé qui se soit jamais prolongée avec cette force au-delà de huit minutes.


VI

C’est la pluie qui reparaît dans le lit des rivières, après une circulation non seulement superficielle mais encore souterraine et, dans ce cas, pouvant être bien plus lente qu’on ne se l’imaginerait tout d’abord.