Page:Revue des Deux Mondes - 1907 - tome 38.djvu/171

Cette page n’a pas encore été corrigée


Robert Le Brieux à Mme M. G… à Genève.

Tout est frappé en moi. Ma pauvre chère France, mon père, ma mère, ma sœur… Que sont-ils devenus, vivent-ils encore ? Tels que je les connais, ces derniers mois ont pu être mortels pour eux.

Je ne sais si je reprendrai ma vie active, s’il ne sera pas nécessaire de m’amputer. Mes pauvres amis du foyer, s’ils existent encore, ne s’en consoleraient jamais.

Ne leur faites rien connaître de mes craintes, ils apprendront toujours trop tôt l’épreuve qui les atteint tous trois dans leur amour pour moi. Veuillez m’écrire ce qu’en Suisse on pense de nous, ce qu’on fait pour nous.

Ma blessure ne serait rien si la France était libre. Je peux mourir, nous pouvons tous passer, mais la France, elle, oh ! non.

L’espérance me soutient, mais ne me console pas.


V

Mon frère suivait avec perplexité les événemens qui se succédaient et dont le cours laissait peu de place à l’espoir. Que dut-il éprouver de la reddition de Paris, des conditions humiliantes qu’il avait fallu subir et de la Commune, en présence de l’ennemi ! Alors surgit un devoir dur à remplir, auquel aucun militaire ne put se soustraire.

Bien que sa blessure fît encore plaie vive, notre cher marin, ainsi que ses camarades plus ou moins valides, partit pour Versailles, traversant les plaines désolées où l’on s’était battu avec tant de courage.

« J’ai vu arriver Le Brieux, nous raconta ensuite M. V… Il était bien faible, surtout très sombre. Le chirurgien qui l’examina ne me cacha pas qu’une retraite prématurée serait la conséquence de sa blessure. »

Il n’avait pas trente ans !…

A la revue qui fut passée le lendemain, le colonel du Temple présenta aux généraux les officiers qui s’étaient le plus particulièrement distingués. Ce jour-là, 23 mai 1871, Le Brieux reçut la croix d’officier de la Légion d’honneur. Au moment de la lui remettre, l’amiral Pothuau, ministre de la Marine, hésita : « Depuis combien de temps êtes-vous chevalier ? — Depuis dix ans. — Oh ! alors [1]… »

De ce qui précède nous ne savions rien ! toujours rien. Aussitôt

  1. L’action lui était impossible. Plusieurs médecins se réunirent pour le lui faire comprendre : « Je ne vaux donc plus rien, je ne suis qu’un incapable, un invalide ? »