Page:Revue des Deux Mondes - 1906 - tome 33.djvu/676

Cette page n’a pas encore été corrigée


fond des cachots et les cris que le vent d’Est, apporte à travers la Moscovie du fond des mines sibériennes. Qu’ils n’aient puisqu’une pensée, qu’une volonté, qu’un désir : poursuivre et anéantir le vampire russe attaché au sein de la Vierge polonaise et qui, depuis un siècle, s’abreuve de ses larmes et se nourrit de son sang.

— Dieu t’exauce ! répondirent les soldats d’une voix unanime. Ce que tu veux, nous le voulons ; ce que tu nous ordonnneras de faire, nous le ferons. Conduis-nous à la mort ou au supplice, nous ne faiblirons pas.

Un éclair de joie illumina le visage du vieillard. Il bénit l’étendard et les armes, puis entonna l’hymne national.

— Maintenant, mes enfans, dit le général Chmielinski qui se tenait à la droite du Père, allez vous reposer et prenez des forces. Il en faudra demain, car l’ennemi que nous avons à combattre est puissant, et plus d’un d’entre nous paraîtra devant Dieu demain.

Les soldats s’arrangèrent de façon à passer le plus commodément cette nuit qui devait être la dernière pour beaucoup d’entre nous. J’allais en faire autant lorsque le général Sokol me fit appeler auprès de lui. Je le trouvai causant avec le général Chmielinski :

— Lieutenant, nous avons besoin d’être renseignés sur les forces ennemies. Êtes-vous fatigué ?

— Oui, mais pas assez pour refuser une mission périlleuse. Que faut-il faire ?

— Allez avec quelques hommes dévoués faire une reconnaissance du côté de messieurs les Russes ; mais soyez prudent, vous savez que c’est dangereux.

— Oh ! merci, d’avoir pensé à moi.

Et, saluant les deux chefs, je me retirai. Comme je recommandais à Badecki de seller mon cheval et pendant que j’examinais les amorces de mes pistolets de fontes, le jeune Charles s’approcha de moi :

— Lieutenant, me dit-il, vous allez en reconnaissance ?

— Oui, pourquoi ?

— Voulez-vous m’emmener ?

— Non, car la journée de demain sera chaude et nous n’aurons pas de trop de toutes nos forces.

L’enfant fit la moue et alla s’étendre au pied d’un arbre. Je n’emmenai que Badecki et un autre vieux soldat du nom de