Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1905 - tome 26.djvu/873

Cette page n’a pas encore été corrigée


attacher trop de prix dans les autres. Il faut bien des qualités réelles pour vous faire pardonner à ceux qui ne l’ont pas, et, sur cet objet assez peu important, vous êtes impitoyable. »


II

Sans contester l’utilité dont fut à Mlle de Lespinasse le commerce de ceux dont je viens de parler, il faut néanmoins proclamer que, dans sa formation intellectuelle, la part prépondérante revient à Mme du Deffand. Elle cultiva notamment chez Julie les deux grandes qualités qu’elle prisait par-dessus toute chose et dont elle-même donnait l’exemple : la sincérité et le bon sens. Foncièrement naturelle et amoureuse du vrai, personne ne le fut plus que Mme du Deffand : « N’est-il pas intolérable, répétait-elle souvent, de n’entendre jamais la vérité ? » La plus petite prétention dans le ton, le plus inoffensif artifice de langage, la choquaient jusqu’à l’irriter. « Elle ne peut souffrir l’affectation, de quelque espèce qu’elle puisse être, » écrit Julie de Lespinasse, dans le portrait, généralement sévère, qu’elle trace de la marquise [1]. La vivacité de son esprit n’a pour égale que sa simplicité. Les saillies et les traits semblent s’échapper de sa bouche sans qu’elle même y prenne garde et comme à son insu ; elle ne se donne jamais la peine de souligner ses mots les plus plaisans ni de les faire valoir par l’accent qu’elle y met ; c’est seulement après coup, et à la réflexion, qu’on s’aperçoit qu’elle a dit quelque chose de charmant. L’horreur qu’elle professe pour l’emphase, pour la déclamation, et ce qu’elle appelle « le beau style, » va jusqu’à proscrire de chez elle tout entretien sur « les sujets sublimes ; » et ses détracteurs lui reprochent de « haïr l’éloquence et les grands sentimens. » Il est certain qu’elle montrait peu de goût pour les disputes philosophiques ; au sortir d’un souper chez le ménage Necker, où la causerie avait pris cette tournure : « Je n’entendais pas le raisonné, écrit-elle à Barthélémy, et le braillé m’était insupportable [2]. » L’exagération dans les termes, une des maladies de son siècle, est l’objet perpétuel de son antipathie ; et les preneurs de parti pris se font durement rabrouer : « Je fais peu de cas du monde, dit-elle sèchement à l’un d’eux, depuis que je me suis aperçue qu’on

  1. Cité par L. Pérey, dans Mme du Deffand et le président Hénault.
  2. Le Salon de Mme Necker, par le comte d’Haussonville.