Page:Revue des Deux Mondes - 1905 - tome 26.djvu/805

Cette page n’a pas encore été corrigée


nous procurer les chevaux et tombereaux qui manquent (il n’y en a que cinq dans le village). Cette idée a pris, quatre personnes ont déjà donné leur nom : la chose sera présentée aujourd’hui au Conseil municipal : si le 31, malgré l’arrêté, toutes les ordures n’ont pu être évacuées dans les fossés de la grande route, j’espère qu’on appliquera mon idée.

Le docteur M… est absent, j’ai vu son beau-père notaire, au milieu des débris de son étude, avec un seul menuisier ; — on manque d’ouvriers, de bois et même d’outils, à cause des troubles de Paris…

A mon sens, les maisons particulières ne courent pas grand risque d’être pillées à Paris ; mais le moment de la crise approche ; l’argent va manquer à la Commune ; on parlait hier de menaces contre la Banque ; il y aura des violences contre les grands établissemens de crédit, contre les financiers, les riches ; la Commune les forcera à signer des traites, en emmènera plusieurs comme otages ; elle va se trouver acculée à des crimes ; probablement on compte là-dessus à Versailles, et sur l’indignation qui s’ensuivra.

Chevrillon est à Brest, ayant passé avec peine, un sac de nuit à la main, à travers les insurgés qui arrêtent les militaires à l’embarcadère. Dans Paris les omnibus circulent, on voit des fiacres ; c’est aux embarcadères et dans les faubourgs que sont les barricades.


A Madame H. Taine.

Paris, 31 mars, vendredi matin.

… Quant aux nouvelles politiques, la poste passe aux mains de la Commune. Je ne puis plus vous en parler. Voyez les Débats, le Temps, et, si vous pouvez, les journaux de la Commune, entre autres l’Officiel nouveau, — les Débats en donnent, des extraits ; — cela vous montrera ce qu’on dit à Belleville, Montmartre, et dans les vingt-cinq bataillons de marche que la Commune vient d’organiser, à cinquante sous par homme et par jour. Trois termes de loyer, depuis octobre 70, viennent d’être supprimés par arrêté, et qui veut peut résilier.

En ce moment nous sommes sur un bateau qui fait naufrage, il ne faut songer qu’au sauvetage. Les troupes s’accumulent