Page:Revue des Deux Mondes - 1905 - tome 26.djvu/714

Cette page n’a pas encore été corrigée


hydrates de carbone est celle de la radiation solaire. Mais, si l’énergie solaire fait défaut, la plante verte, vivant alors à la façon des champignons et des bactéries, peut utiliser l’énergie chimique apportée par un aliment supplémentaire, tel que le sucre.

D’autres plantes vertes prennent l’azote au monde minéral à l’état de nature. C’est le cas pour les légumineuses. On sait, depuis les mémorables travaux de Berthelot, Hellriegel et Willfarth, que les racines de ces plantes présentent des nodosités sur lesquelles se développent diverses espèces de micro-organismes, qui forment avec le végétal une sorte d’association physiologique ou symbiose. Cette société singulière est capable d’utiliser l’azote libre et de le faire servir aux synthèses vitales. Cette faculté, de tirer parti de l’azote en nature, n’appartient en propre ni à la racine de la légumineuse, ni au microbe lui-même. Elle est l’attribut de leur association symbiotique.

Quelques plantes peuvent encore utiliser l’ammoniaque libre qui existe dans l’atmosphère.

Les maîtres de la science agricole, les de Saussure, les Thaer, les Mathieu de Dombasle, ont cru que les plantes pouvaient utiliser le fumier de ferme, le meilleur engrais, d’après leur doctrine. Tout à coup, vers 1840, Liebig déclara que le fumier, l’humus, est impropre à la vie végétale. L’influence favorable que la pratique universelle lui assigne et qui est indéniable tient aux produits minéraux qu’il introduit dans le sol ; à l’acide carbonique qui résulte de sa combustion, à l’ammoniaque qui vient de sa décomposition. Sauf le cas cité plus haut de l’aliment supplémentaire, les plantes vertes vivent aux dépens des matières minérales. — En résumé, le cycle de l’azote part de l’azote même des azotates, de l’ammoniaque ; il aboutit à la matière protéique : c’en est la phase ascendante. La phase descendante, qui ramène l’azote protéique au monde minéral, peut être réalisée, par étapes, par une succession d’êtres dont chacun prend la tâche au point où le prédécesseur l’a laissée.


A. DASTRE.