Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1901 - tome 3.djvu/604

Cette page n’a pas encore été corrigée


sorti [1]. » A l’adresse de Fouché, ce ne sont que complimens, flatteries et douceurs : « La réponse à toutes les intrigues, à toutes les cabales, à toutes les dénonciations, sera toujours celle-ci, c’est que, pendant le mois que j’aurai été absent, Paris aura été parfaitement tranquille. Après de tels services, on est au-dessus de la calomnie, et, auprès de moi, cette épreuve n’était pas nécessaire et ne peut rien ajouter à la confiance entière que j’ai en vous [2]. » Avec quel empressement il félicite Moreau de ses premiers succès en Allemagne et de ce vigoureux début : « Le télégraphe m’a instruit de la victoire que vous avez remportée sur l’armée autrichienne : gloire et trois fois gloire [3] ! » Il apprend que Desaix, débarqué à Toulon, va le rejoindre ; vers ce lieutenant préféré qui lui revient, vers cet ami, c’est un élan de cœur : « Enfin, vous voilà arrivé ; une bonne nouvelle pour toute la République, mais spécialement pour moi, qui vous ai voué toute l’estime due aux hommes de votre talent, avec une amitié que mon cœur, aujourd’hui bien Adieux et connaissant trop profondément les hommes, n’a pour personne [4]. »

De Martigny-en-Valais, d’Aoste, d’Ivrée, de toutes ces stations marquées par une lutte obscure, par un obstacle brisé, il se retourne vers Paris sans cesse, surveille l’opinion, dément les faux bruits, indique la note à donner aux journaux, ce qu’il faut dire, ce qu’il faut celer. Il s’intéresse et prend part à tous les incidens de la vie parisienne.

L’incident du jour, c’est une tempête autour de l’Institut, remuant de fâcheux souvenirs et d’anciennes discordes. Après le coup d’Etat directorial du 18 fructidor, l’Institut avait eu la faiblesse d’exclure de son sein et de remplacer ceux de ses membres inscrits sur la liste de déportation. Aujourd’hui que ces citoyens recommandables à tant de titres avaient été rendus à la patrie, la « proscription littéraire, » pour parler comme les journaux, devait-elle survivre à la proscription politique ? Dans un généreux mouvement, Lisle de Salles avait demandé à ses confrères la réintégration des fructidorisés ; l’opinion se prononçait dans le même sens et pressait l’Institut de rétracter « ses longues erreurs ; » est-ce que ce corps ne pouvait s’incliner

  1. Corresp., 4769, 4861.
  2. Ibid., 4837.
  3. Ibid., VI, 4759.
  4. Ibid., 4786.