Page:Revue des Deux Mondes - 1900 - tome 158.djvu/217

Cette page n’a pas encore été corrigée


cordelette, le boulet glissait le long de la tige et roulait sur le fond où il demeurait perdu.

Pour obtenir une sécurité plus complète, on ajouta un accumulateur montrant d’une façon très apparente la détente subite à l’arrivée sur le fond. Ces instrumens sont toujours en usage, et leurs formes ont varié à l’infini. Tantôt, ils se composent de deux disques en bois reliés par de fortes bandes de caoutchouc susceptibles de se tendre sous l’effort de la ligne et de se détendre brusquement au moment du contact. D’autres fois, ils offrent l’aspect d’une pile de rondelles de caoutchouc superposées, se comprimant et se décomprimant. Tantôt enfin, ils sont constitués par un ressort à boudin de résistance convenable. Ces divers procédés n’ont rien d’original, leur principe est identique et on les modifie à volonté selon les conditions du navire ou celles des opérations.

A dater de ce moment, les États-Unis n’ont cessé d’exécuter des sondages dans toutes les mers du globe. En 1851, 1852 et 1853, le Dolphin sonde dans l’Atlantique ; l’Arctic (1856), entre Terre-Neuve et l’Irlande ; le Gettysburg (1876), autour de Saint-Thomas, des Bermudes, des Açores et en Méditerranée. Viennent ensuite les campagnes de l’Essex, du Saratoga, de l’Argus, du Flamingo, du Wachusett, du Blake, de l’Enterprise, du Tuscarora, pour n’en mentionner que quelques-uns. Actuellement, l’œuvre immense du relevé topographique général de l’Océan se continue en Amérique par les beaux travaux du Bureau hydrographique de Washington.

Les appareils de sondage sont innombrables ; on ne cesse d’en inventer, et il serait impossible de les décrire. Chez tous, le système de Brooke a été respecté. Cependant pour chacun d’eux on a adopté diverses modifications destinées à le rendre plus pratique et surtout à permettre d’obtenir un échantillon plus volumineux du fond, car un sondage n’est valable que s’il rapporte la preuve indiscutable de la rencontre du sol, sans compter les besoins de la lithologie sous-marine. Nous dirons toutefois un mot de deux instrumens fondés sur un principe complètement différent, le sondeur Thomson et le bathomètre Siemens.

Sir William Thomson, l’illustre physicien qui se nomme aujourd’hui lord Kelvin, fut jadis grand amateur de yachting. C’est un de ces esprits qui, même en se divertissant, ne sauraient rester oisifs. Pour faire diversion à ses magnifiques travaux sur