Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1900 - tome 158.djvu/134

Cette page n’a pas encore été corrigée


Détesté par ses sujets, il eut à réprimer plus d’une révolte, et il sut faire voir, dans ces circonstances, qu’un Néron peut naître sous toutes les latitudes. Ce tigre faisait périr ses victimes avec des raffinemens de cruauté inouïs : un jour, il fit décapiter l’un après l’autre plusieurs enfans en présence de leur mère ; après chaque coup de hache, le bourreau jetait la tête dans un mortier à riz, mettait un marteau dans les mains de la mère, et forçait la malheureuse femme, sous peine des plus épouvantables tortures, à réduire cette tête en bouillie. Il fallut arracher le dernier enfant au sein de sa mère, et, quand la tête du pauvret tomba dans le mortier, le sang qui jaillit de sa bouche se mêla au lait qu’il venait de sucer. On comprend que les Kandyens, gouvernés par un pareil monstre, accueillirent comme des libérateurs les troupes anglaises qui prirent possession de leur capitale en 1815.

Ni les Portugais, ni les Hollandais n’avaient pu réduire les rois de Kandy, dont le royaume formait comme une citadelle défendue par un formidable cercle de montagnes. C’est de la prise de Kandy que date la conquête définitive de l’île de Ceylan par les Européens, qui jusqu’alors n’avaient occupé que le littoral. Pour dompter à jamais les Kandyens, sir Edward Barnes força leur rempart en y perçant des routes militaires. C’était, d’ailleurs, une tradition des Kandyens qu’ils seraient conquis par un peuple qui percerait à travers les rochers une voie jusqu’à leur capitale. Les routes militaires brisèrent la résistance des montagnards de Ceylan, comme elles avaient brisé, soixante-dix ans plus tôt, celle des montagnards écossais.

La conquête de l’île achevée, les Anglais y introduisirent une solide organisation coloniale. Parmi les principales réformes politiques et sociales accomplies sous leur domination, on peut mentionner l’abolition de la torture et des châtimens barbares, l’institution du jury, l’abolition de l’esclavage et du travail forcé, la suppression de toute distinction de caste en matière judiciaire, l’établissement d’un Conseil législatif comprenant des membres non officiels, la liberté de la presse, l’abolition du monopole de la culture de la cannelle, l’institution d’une caisse d’épargne, la restauration des travaux d’irrigation, la construction de routes et de chemins de fer, l’organisation du service postal, du télégraphe et d’autres services publics, la réforme des lois relatives au mariage des indigènes, la suppression de la polyandrie, l’organisation du service de l’étal-civil, la publication