Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1899 - tome 155.djvu/705

Cette page n’a pas encore été corrigée


la vie. La contagion dont ils furent atteints ne semble pas avoir eu d’autre agent que les bacilles déposés sur ces étoffes neuves.

Bien d’autres épidémies ont eu une origine analogue ; . C’est toujours la même histoire. Il n’a rien paru de suspect pendant la traversée : la santé est excellente à bord. On décharge la cargaison et la peste éclate. Elle frappe d’abord les portefaix et les débardeurs qui ont travaillé au débarquement, et les commis qui l’ont surveillé. Imaginons que ce navire s’appelle le Grand-saint-Antoine et qu’il porte une cargaison de soie, et nous avons le début de la peste de Marseille en 1720 ; qu’il s’appelle le City of Cork et qu’il soit chargé de chanvre, nous avons l’épidémie d’Oportoen 1899.

Ainsi, d’une ville contaminée tout est suspect : les êtres et les choses, les objets qui ont été en contact avec les malades, et ceux qui n’ont été en contact qu’avec les poussières de l’air ; partout l’agent pathogène risque de s’être conservé à l’état de vie latente. Que ce germe tombe alors sur une peau excoriée ou sur une muqueuse entamée en quelque point, l’inoculation a lieu ; la peste se déclare.

Il faut se rappeler que cette propagation par l’air et, l’inoculation dans le poumon sont des possibilités toujours imminentes. Rarement elles passent à l’état de fait, à cause de la facile destruction du bacille pesteux hors de l’organisme ; et c’est là ce qui a permis au professeur Proust de dire que la peste « n’est guère transmissible par l’air. »

C’est le lieu d’ajouter que, dans l’organisme lui-même du pestiféré, le bacille disparaît aussi assez rapidement. On n’est sûr de le trouver dans les bubons et dans le sang qu’au début de la maladie.

On peut expliquer par-là le résultat négatif de l’acte célèbre de Desgenettes. On sait que pour ranimer le courage des soldats et leur donner le mépris de la contagion, Desgenettes, médecin en chef de l’armée d’Egypte, trempa une lancette dans le pus bubonique d’un pestiféré convalescent et, en plein hôpital, sous les yeux d’un grand nombre d’assistans, s’inocula à l’aine et à l’aisselle. Cette héroïque témérité n’eut pas d’autre conséquence fâcheuse que la production de deux points d’induration. Le risque n’était pas aussi grand qu’il a paru aux contemporains et peut-être à Desgenettes lui-même. Nous savons aujourd’hui