Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1899 - tome 153.djvu/583

Cette page n’a pas encore été corrigée


l’apostolat, la nécessité de réformes immédiates, et il le convainquait.

En France, les fanfarons satisfaits et routiniers étaient bien plus nombreux encore, mais l’Empereur n’était pas de ceux-là. « D’autres n’avaient vu dans la guerre que son côté brillant ; lui avait vu de près les côtés défectueux, et voulait y remédier [1]. » Il s’était parfaitement rendu compte que, « d’après notre système général, nous ne sommes jamais prêts pour la guerre [2], » que notre « effroyable centralisation était un obstacle presque invincible à la rapidité de la mobilisation [3]. » Dans le banquet donné aux chefs de l’armée d’Italie, il avait pris vis-à-vis d’eux en quelque sorte l’engagement d’opérer les modifications dont il comprenait mieux que personne l’urgence, et de mettre les forces du pays sur le meilleur pied possible. « Que le souvenir, avait-il dit, des obstacles surmontés, des périls évités, des imperfections signalées, revienne souvent à votre mémoire, car pour tout homme de guerre, le souvenir est la science même. »

Ainsi, en Prusse et en France, les hommes ayant autorité étaient également convaincus de la nécessité d’une refonte fondamentale des institutions militaires. L’avenir appartiendra à celui qui l’opérera le plus rapidement et le mieux.


Emile Ollivier.

  1. Lettre à Persigny du 29 juillet 1860.
  2. Lettre à Randon du 26 mai 1859.
  3. Lettre à Vaillant pendant la guerre de Crimée, Empire libéral, t. III, p. 212.