Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1897 - tome 143.djvu/97

Cette page n’a pas encore été corrigée


Les Nouvelles recherches sur Jean-Jacques Rousseau


III. LA SECONDE PARTIE DES « CONFESSIONS » [1]


Tous les lecteurs des Confessions ont senti la différence des deux moitiés de ce livre ; et Rousseau, qui écrivit la seconde pendant le dernier hiver qu’il passa en Dauphiné, s’excuse lui-même, en reprenant son récit, de ce qu’on trouvera de terne dans ce qui lui restait à dire.

Les aventures de l’adolescent rêveur et passionné qui était sorti de sa petite ville pour chercher fortune dans le vaste monde, son odyssée à la recherche du bonheur, la peinture de ces heures charmantes et si courtes où il crut le posséder, sa longue ignorance du rôle retentissant et glorieux qui lui était réservé et qui illumine pour le lecteur tout le fond du tableau : voilà ce qu’on aime dans les premiers livres des Confessions ; c’est un charme qui rappelle le vers de Malherbe :

Tout le plaisir des jours est en leurs matinées.
  1. Voyez la Revue des 15 février et 15 mars 1895.