Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1897 - tome 143.djvu/865

Cette page n’a pas encore été corrigée


firent le succès du livre de Malthus, beaucoup plus que les calculs empruntés à Petty, Franklin, Euler et Price, et les maigres, insuffisantes statistiques qui y étaient jointes. Un passage de la première édition contribua aussi au retentissement prodigieux de cet essai : « Un homme qui est né dans un monde déjà possédé, s’il ne peut obtenir de ses parens la subsistance qu’il peut légitimement leur demander et si la société n’a pas besoin de son travail, n’a aucun droit de réclamer la plus petite portion de nourriture, et, en fait, il est de trop. Au grand banquet de la nature, il n’y a pas de couvert vacant pour lui. Elle lui commande de s’en aller et elle mettra elle-même promptement cet ordre à exécution, s’il ne peut recourir à la compassion de quelques-uns des convives du banquet. Si les convives se serrent et lui font place, d’autres intrus se présenteront immédiatement, demandant la même faveur… » Quoique biffé de toutes les éditions autres que la première, ce passage n’en est pas moins demeuré célèbre ; les socialistes et les antimalthusiens s’en emparèrent et, non contens d’en faire un sujet de scandale, ils le résumèrent sous une forme plus concise et plus saisissante, où ils introduisirent quelques expressions dont Malthus ne s’était pas servi.

Un livre réussit souvent, et surtout propage dans le peuple une doctrine et un nom d’auteur beaucoup plus par ses exagérations et ses défauts que par sa sagesse et sa justesse ; les attaques violentes sont aussi un des élémens principaux du succès. Cette chance échut à Malthus ; si son ouvrage s’était présenté au monde sous la forme un peu lourde et terne de la seconde édition et des suivantes, encombrées de statistiques et vides de toute éloquence, il est probable qu’il n’aurait pas franchi le cercle des gens instruits et des penseurs ; c’est à l’image qui faisait saillie dans l’édition première et qu’il se hâta de supprimer des autres, c’est surtout au raccourci encore plus frappant que ses adversaires firent de cette image en la propageant de tous côtés, qu’est dû le prodigieux et durable succès de l’Essai sur le principe de la population.

Ce succès fut immédiat et éclatant. Les partis politiques s’emparèrent de la thèse de Malthus ; les conservateurs et même les libéraux, les antisocialistes ou antiréformistes se l’approprièrent. Désormais, la cause de la misère était trouvée : les lois étaient impuissantes à rien faire contre elle ; c’était la brutale passion sexuelle à laquelle s’abandonnait le peuple qui était seule responsable des souffrances de la classe inférieure. Il