Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1897 - tome 143.djvu/591

Cette page n’a pas encore été corrigée


— Nos costumes coûtent de dix à vingt sous. Ils sont en papier. On ne porte guère que du papier. Nous sommes arrivés à faire du papier imperméable qui défie le mauvais temps ; du papier poreux aussi chaud que de l’édredon ; et jusqu’à du papier-cuir pour les chaussures. On ne voudrait pour rien au monde se servir de matériaux qui exigent le blanchissage. Quand je pense que vous donniez vos vieux habits aux pauvres et qu’ils les portaient en haillons ! Fi l’horreur ! Chez nous tout est propre et neuf. Le tapis que vous auriez balayé, eh bien, nous le remplaçons ; les tentures ne font que passer pour ainsi dire dans nos maisons. Nos oreillers, nos matelas sont gonflés d’eau ou d’air au lieu de plumes. Comment pouviez-vous endurer ces chambres poussiéreuses où s’accumulaient les germes de maladies durant plusieurs générations ? Pour nettoyer une chambre, nous dirigeons la pompe vers le plafond, sur le mur, sur le plancher, car tout est en faïence ou en tuile vernissée. Les hygiénistes disent que les précautions prises à l’égard de nos demeures et de nos vêtemens ont fait plus que tous les autres progrès pour détrôner les épidémies.

— Vous allez m’apprendre bientôt, interrompt Julian abasourdi, que les mets délicieux qui viennent chez vous par le tube pneumatique ou que vous mangez au restaurant sont aussi de papier !

— Nous n’allons pas si loin que cela, mais presque… car nos plats sont en carton. Il n’est plus question de vaisselle cassée ; assiettes, casseroles, tout, après avoir servi, est renvoyé aux fabriques pour être transformé, comme les vêtemens.

— Vous n’avez pourtant pas de casseroles en papier, car le feu continue à brûler, je suppose ?

— Oui, le feu brûle encore, mais la chaleur électrique ayant été adoptée pour la cuisine comme pour tout le reste, nous ne chauffons plus nos vaisseaux qu’en dedans, et par conséquent la cuisine se fait, ne vous déplaise, dans des vaisseaux de papier.

Donc plus de lessive, plus de raccommodage, plus d’aiguille même ; des repas envoyés du restaurant par tube pneumatique, quand on ne les prend pas à l’hôtel ; tous les devoirs domestiques confiés à l’entreprise coopérative, — certes, voilà le rôle de la maîtresse de maison bien simplifié. Celui de la mère de famille ne l’est pas moins. Lorsque les femmes d’autrefois étaient absorbées par leurs enfans, c’était la preuve de l’imperfection des arrangemens sociaux et non pas une nécessité morale. Des robes