Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1897 - tome 143.djvu/524

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
518
REVUE DES DEUX MONDES.

dant à l’ironie un peu détachée de Décherac la résignation de Restaud, sentant frémir l’espoir dans la simplicité d’un tel renoncement…

Le jour grandissait. La mort dans l’âme, il assistait aux préparatifs de départ. Les fourgons s’attelaient. Frisch, avec Titan en laisse, passa, traînant le mecklembourgeois, qui se faisait prier : — « Hue ! Guillaume ! » Suivi de son interminable convoi particulier, le grand Quartier général se mit en route, à l’exception de cinq officiers envoyés par le général Jarras aux commandans de corps pour leur indiquer la direction à suivre. Du Breuil recevait l’ordre de se rendre auprès du général Frossard. L’armée entière commençait le mouvement de retraite, et de nouveau, dans une confusion indescriptible, bagages régimentaires, caissons de munitions, transports de blessés, voitures d’administration, artillerie, troupes, l’immense fleuve refluait par la voie unique, roulant en sens inverse, à petites vagues pressées, son flot trouble et tumultueux.

Du Breuil et Laisné cheminaient botte à botte.

— Heureusement qu’ils nous laissent déguerpir en paix ! grommela l’aide de camp de Frossard, comme ils s’engageaient dans le défilé de la Mance. Quelques tirailleurs dans les bois, une division de cavalerie et du canon, nous serions rasés, nettoyés…

— Ils sont hors d’état de nous poursuivre, c’est évident, rageait Du Breuil… — Cette remarque doubla son amertume. — Ou bien ils n’en croient pas leurs yeux, reprit-il, ils supposent une feinte. Dame ! mon cher, s’avouer vaincus, quand on est vainqueurs !

— Qui fait l’arrière-garde ? demanda Laisné, en secouant tristement la tête.

— La division Metman, qui n’a pu rejoindre hier…

— Elle ne doit pas être à la noce ! — Tiens, fit-il, en se retournant, qu’est-ce que c’est que cette fumée-là ? Des tringlots, avec force gestes, s’exclamaient. Sur la gauche en arrière, Du Breuil aperçut des tourbillons noirs.

— Je vais voir ! dit-il.

Cydalise, reposée, galopait à petits bonds. Des bandes de corbeaux volaient au ras du sol, avec des croassemens joyeux. En quelques minutes, il atteignait Gravelotte. À l’entrée du village, des soldats du train jetaient pêle-mêle dans un immense brasier