Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1897 - tome 143.djvu/281

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
275
LE DÉSASTRE.

cabre, dans cette mélancolie des choses, à travers la pluie fine, qui tombait toujours d’un ciel bas.

On réglementait la répartition de l’eau dans la ville. Pour le cas où l’aqueduc des eaux de Gorze viendrait à être coupé, le service des ponts et chaussées faisait établir au-dessous du pont des Roches une pompe destinée à élever les eaux de la Moselle dans les réservoirs. Un arrêté du gouverneur avait ajourné toutes poursuites ou protêts contre les mandats, traités, billets en circulation. L’autorité civile et militaire se multipliait, mais ce qui devait rassurer, effrayait de leur part, laissait supposer les pires malheurs. On poussait l’armement des forts. Du Breuil rencontra le capitaine Barrus, qui le renseigna. C’était un officier du génie, petit, brun. Il passait pour républicain fervent, avait un front de sectaire, un feu noir dans le regard. Il travaillait avec une activité fébrile, ricanait, amer, en parlant…

Du Breuil voyait dans l’après-midi à la Préfecture les officiers de la division Du Barail, arrivée le matin. L’état-major impérial leur faisait fête. On les traînait vers le buffet dressé dans une des grandes salles du rez-de-chaussée. Les mâles visages des Africains, bronzés par le soleil, ralliaient tous les suffrages, tous les sourires. Une voix gaie héla Du Breuil. Il aperçut un de ses amis, le lieutenant-colonel de la Manse :

— Vous voulez donc notre mort ? raillait-il. Nous sommes venus de Saint-Mihiel d’un trait, à marche forcée, toute la nuit. Nous pensions que l’ennemi était là. Votre dépêche était si pressante…

Et comme Du Breuil le regardait d’un air étonné, il reprit :

— Faites donc l’innocent ! comme si vous ne saviez pas qu’il s’agissait seulement d’un pari entre Lebrun et Jarras, sur la vitesse des chasseurs d’Afrique. Enfin, Lebrun a gagné.

Près d’eux, un très jeune sous-lieutenant, gracieux et parfumé comme une femme, venait de se nommer : Boger Langlade. Du Breuil se rappela la femme du sénateur, à la soirée de Saint-Cloud, — le mari dans la loge de Mme de Guïonic, à l’Opéra… Comme ils désiraient alors que leur fils pût se battre ! Leur enthousiasme durait il encore ?… Il parla au jeune homme de sa famille.

— Ah ! mon commandant, trop heureux de vous être présenté… Ma mère a souvent prononcé votre nom, en effet.

Il souriait avec affectation, montrait ses dents blanches, alan-