Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1897 - tome 140.djvu/957

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


d’ailleurs de consulter l’expérience, car elle a été faite, et un membre de la droite royaliste, M. de Ramel, qui a fait partie de l’ancienne commission de Panama, a été le premier à signaler les inconvéniens qu’avait produits alors ce dualisme inconsidéré. C’est lui qui a fait décider par la Chambre que la future commission ne serait nommée que dans trois mois, et, certes, il n’est pas suspect de tendresse pour les panamistes. Eh bien ! le croirait-on ? au moment de se séparer, la Chambre, saisie de nouveau de la question, n’a repoussé la réunion immédiate d’une commission d’enquête qu’à dix-huit voix de majorité. Il aurait suffi de déplacer une dizaine de bulletins pour que la commission, nommée tout de suite, fût chargée de représenter la Chambre pendant les vacances et de lui préparer des surprises pour son retour. On a échappé à ce danger, mais de bien peu !

Quoi qu’il en soit, les amateurs de scandale ont de quoi se rassurer. S’il y avait à nos yeux des motifs supérieurs à tous autres pour ne pas élire dès à présent une commission d’enquête, nous avouons que la nommer après que la justice aura terminé son œuvre n’est pas en soi une perspective plus réjouissante. Cela s’appelle faire durer le plaisir, pour ceux du moins qui en trouvent à ce genre d’opérations. Si la commission d’enquête, qui sera aux prises avec les mêmes difficultés que M. le juge d’instruction, met le même temps que lui pour terminer sa tâche, nous en avons encore pour de longs mois. Et quand la commission aura fini, la Chambre à son tour commencera. Elle tiendra des séances auprès desquelles celles qui se sont déroulées jusqu’ici pourront passer pour calmes et tranquilles. En sortira-t-il du moins une lumière véritable ? En saurons-nous plus après qu’avant ? Serons-nous enfin fixés avec certitude sur la culpabilité de celui-ci ou de celui-là ? Nous voudrions le croire, mais il faudrait pour cela oublier complètement le passé. Les socialistes seuls peuvent gagner à cette agitation. Ils ont intérêt à convaincre le pays que l’immoralité et la corruption sont partout dans la société actuelle, car c’est la société actuelle, la société capitaliste, qu’ils rendent responsables de tout : ils se montrent volontiers démens pour les personnes, afin de faire retomber tout le poids de leur colère sur les institutions dont elles sont les victimes. Leur thèse est connue ; on s’apprête à leur fournir de nouveaux argumens ou de nouveaux exemples pour la soutenir. Et au dehors, croit-on qu’un pareil spectacle soit fait pour rehausser notre considération ? Il n’y a peut-être pas un pays au monde où le niveau de la moralité soit plus élevé qu’en France. Nous sommes un peuple honnête, laborieux, économe, doué des qualités privées les