Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1896 - tome 136.djvu/542

Cette page n’a pas encore été corrigée


omnis fert omnia tellus. Ici, c’est la région de la vigne ; là, de l’élevage ; là, des céréales.

On peut donc, si on le préfère, étendre la circonscription territoriale au lieu de la circonscription sociale : l’un et l’autre mode sont licites ; et, quel que soit celui que l’on choisisse, on aura du pays réel, du pays vivant tout entier, une représentation qui, par ses qualités, laissera bien loin derrière elle toutes les prétendues représentations, à base de suffrage inorganique, que nous avons connues jusqu’ici.


Composition professionnelle de la Chambre des députés.

Les Résultats statistiques du dénombrement de 1891 accusent que 47 centièmes de la population classée vivent en France de l’agriculture ; que 25 pour 100 vivent de l’industrie ; 10 pour 100, du commerce ; 3 pour 100, des transports ; 1, 9 pour 100 se rattachent au groupe de la force publique (armée, marine de guerre, police et gendarmerie) ; 1, 9 pour 100 encore, au groupe de l’administration publique ; près de 6 centièmes enfin de la population, familles comprises, vivent exclusivement de leurs revenus.

Mais, ce rapport étant établi sur des chiffres qui comprennent les personnes des deux sexes et de tout âge, on ne saurait tabler dessus sans mécompte, pour l’organisation du suffrage universel. Les calculs que nous avons faits, en prenant telles qu’elles sont les statistiques officielles, changent notablement la proportion et nous donnent :


I. Hommes au-dessus de 20 ans vivant de l’agriculture 5 533 006
II. — — — de l’industrie 4 027 859
III. — — — des transports 431 567
IV. — — — du commerce 1 267 082
V. — — — de la force publique (mémoire)
VI. — — — de l’administration publique 249 882
VII. — — — des professions libérales 368 970
VIII. Personnes vivant exclusivement de leurs revenus 667 777
Ensemble 12 545 143

Total d’où il faut déduire les hommes entre 20 et 21 ans, qui n’ont pas encore accompli leur vingt et unième année, les étrangers, les incapables, les indignes, les non domiciliés et qui, cette déduction faite, se rapprocherait beaucoup du nombre de 10 489 016 électeurs portés régulièrement sur les listes. Si l’on ne tient pas compte de la force publique, qui ne vote pas, si on la raye purement et simplement de la nomenclature, il en découlerait, pour être bref, la répartition suivante des 500 sièges entre