Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1896 - tome 136.djvu/27

Cette page n’a pas encore été corrigée


les démêler, et, si j’ose ainsi parler, les débrouiller à leur aise.

Elles se mirent à l’œuvre en conscience, et l’entreprise les mena plus loin que peut-être elles n’avaient songé. Il s’agissait d’abord tout simplement d’un peu d’ordre à remettre dans les finances. Prévenir une banqueroute infaillible par la réduction d’intérêts usuraires, puis assurer le paiement des fonds ainsi convertis par la modération des dépenses et la rentrée régulière des recettes, les deux commissaires anglais et français ne prétendaient à rien de plus ; mais ils ne tardèrent pas à s’apercevoir qu’en Egypte, pas plus qu’ailleurs, il n’y a de bon ordre financier sans bon ordre politique, et de là à se faire de contrôleurs ministres, il n’y avait qu’un pas. Puis le mineur couronné qu’on mettait ainsi en conseil judiciaire ayant regimbé contre la tutelle, on trouva plus commode de solliciter sa déposition du sultan, dont il était encore le vassal nominal, et de demander le choix d’un autre prête-nom qui fût plus docile. L’absorption alors fut complète ; ce fut la souveraineté commune, et, pour employer une expression devenue officielle, le condominium de l’Angleterre et de la France en Egypte.

Je me suis laissé dire que la première fois que M. de Bismarck entendit prononcer ce mot qui lui était familier : « Un condominium, dit-il, je sais ce que c’est ; nous l’avons exercé avec l’Autriche dans les duchés soustraits au Danemark. Je sais aussi comment cela finit. » Je ne suis nullement sûr qu’il ait tenu ce propos narquois, mais je gagerais, sans crainte de perdre, qu’il en eut la pensée. Une expérience qu’il avait eu l’art de faire tourner à son avantage avait dû lui apprendre que deux Etats, ayant eux-mêmes des sujets de rivalité, qui se mettent en tête d’en gouverner de concert un troisième, sont certains de ne pas s’entendre longtemps dans l’accomplissement de cette tâche ardue : puis, que le jour où survient le dissentiment, (qui ne peut longtemps se faire attendre), c’est le plus habile ou le plus fort qui, se trouvant le plus tôt prêt, s’empare seul du terrain. On ne conçoit pas comment l’Angleterre et la France pouvaient se flatter d’échapper, surtout en Egypte, à cette chance à peu près fatale. Sans doute, en leur qualité de nations humaines et civilisées, elles pouvaient sincèrement travailler ensemble à procurer aux pauvres fellahs, si longtemps opprimés, les bienfaits d’une administration équitable dont il leur a été si rarement donné de jouir. Nul doute non plus que les capitalistes anglais ou français qui avaient aventuré leurs fonds entre les mains du khédive, ayant un égal intérêt à ne pas perdre la totalité de leur avoir et à toucher régulièrement leurs arrérages, les deux contrôleurs ne se missent sans peine d’accord sur les mesures à prendre